Archives de Catégorie: Planète

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Mexique 

 

Valentina Facey et  Marcela Sofia Florin, élèves de Terminale, Mexico

 

Au Chiapas, une culture qui cherche à se préserver

La déforestation incontrôlée menace les communautés indigènes du Chiapas qui tentent de se regrouper pour y faire face.

Situé au sud-est du Mexique, à la frontière avec le Guatemala, le Chiapas est un des États les plus pauvres du pays mais reste doté de très grandes richesses naturelles. Pour Alejandro Hernandez, coordinateur des forêts méso-américaines du Mexique, le Chiapas est le deuxième État qui dispose de la plus grande superficie forestière du pays. Deux de ses forêts les plus remarquables sont la réserve El triunfo, reconnue en 2015 par la BBC Earth comme « la forêt la plus magique du monde », et au cœur de la jungle de Lacandon, la réserve de Montes Azules, 331 200 hectares de terre maya, la biosphère la plus riche d’Amérique centrale, selon l’UNESCO. Mais ces espaces sont menacés comme l’attestent de nombreux groupes civils de la région qui dénoncent le pillage des actifs naturels de leurs terres et le harcèlement de l’armée mexicaine contre les communautés indigènes pour protéger les multinationales engagées dans des projets d’extraction des richesses naturelles.

                                  La forêt du Chiapas dans la jungle de Lacandon, photo CC BY

 

Une déforestation qui menace les communautés indigènes

Le Chiapas aurait perdu 55% de ses forêts, selon l’organisation non gouvernementale (ONG) américaine The Nature Conservancy. Pour Marco Antonio Lara Ramirez, directeur commercial de l’ONG mexicaine Ambio, c’est « entre 30.000 et 45.000 hectares de forêts qui sont déboisés chaque année ». La déforestation s’est accentuée au début des années 2000 quand le président mexicain Vincente Fox lance le plan Puebla Panama, un projet de développement censé lutter contre la pauvreté, mais qui favorisa l’exploitation des matières premières de la région en encourageant l’implantation de multinationales. Depuis, l’exploitation des terres pour l’élevage, avec plus de 6.2% des surfaces du Chiapas qui y sont consacrées, selon l’institut statistique mexicain l’INEGI, n’a cessé d’accentuer le problème de la déforestation.

 

Dans la réserve de Montes Azules, plus de quarante-cinq communautés indiennes y résident. Et pour les ethnies Chiapanèques comme les Lacandones, les Choles et les Tzeltates, les forêts ont un rôle crucial dans leur identité culturelle. La déforestation provoque ainsi le départ des ethnies vers les villes afin d’y trouver de nouvelles ressources et cet exode menace ces différentes communautés.  Ainsi, la ville de San Cristóbal de Las Casas, capitale culturelle du Chiapas, connait une croissance de sa population de plus de 4% par an, selon l’INEGI, croissance due en grande partie à l’arrivée des migrations indigènes subies, estime l’institut mexicain de statistiques. Martha, qui travaille dans l’hacienda Don Juan de la ville nous explique que « les communautés indigènes comme le peuple des Lavandins vivent en pleine forêt tropicale, une forêt devenue constitutive de leurs traditions car elle fut le seul moyen au XVIème siècle de fuir les incursions militaires et religieuses des Espagnols. » La conservation de la forêt est devenue selon elle « indispensable pour conserver le patrimoine culturel du Chiapas ».

 

Le réveil des peuples indigènes

La désignation pour la première fois d’une candidate indienne à la présidentielle de 2018, par le Conseil indigène de gouvernement du Chiapas, réunissant des représentants de 58 peuples indiens, et de  l’Armée zapatiste, montre la montée en puissance de leurs revendications. La porte-parole María de Jesús Patricio, guérisseuse traditionnelle, connue sous le nom de Marichuy, a pu ainsi lors de débats nationaux plaider la cause des peuples indigènes. La prise de la ville de San Cristóbal, lors de la révolte de l’armée zapatiste de libération nationale (EZLN) en 1994, avait constitué un sursaut des communautés indigènes et avait permis un premier pas vers la reconnaissance des richesses naturelles de leur région. En octobre 2018, des indigènes, étudiants et membres de la Coordination nationale des travailleurs de l’éducation (CNTE) ont défilé dans les villes de San Cristóbal et de Tuxtla Gutièrez pour s’opposer aux projets hydroélectriques, pétroliers et miniers qui menacent les terres et la vie sociale et culturelle du territoire. « Les gens craignent pour leur intégrité en raison de l’historique des menaces et des expulsions qui se sont produits dans la région, notamment parce que les actions de l’armée ont été caractérisées par du harcèlement, des meurtres, des incendies de maisons et des expulsions », explique Claudia Ramos, membre de l’association civile Otros Mundos, dans une interview pour le média en ligne Sin embargo.

                                   Indiens du Chenalhó au Chiapas, photo by Diego Cue / CC BY

Des projets alternatifs

Nombre d’acteurs nationaux préconisent, face à l’extraction des richesses naturelles des multinationales, de développer le secteur du tourisme pour mettre en valeur les zones forestières. Il s’agit par exemple de restaurer les haciendas et les sites archéologiques comme ceux de Palenque, Bonanpak, Yaxchilan. Le dernier projet en date, le train Maya, proposé par le nouveau président Andrés Manuel López Obrador, a pour objectif de faciliter le transit d’un site archéologique ou naturel à l’autre. Mais ces initiatives ne font pas l’unanimité. Ces modèles sont souvent critiqués par des associations locales car ils induisent des répercutions sur la biosphère et favorisent aussi l’homogénéisation de l’identité indienne-paysanne. Les réponses sont donc encore à trouver et c’est par l’association des différentes communautés indigènes et leur capacité à proposer de nouvelles voies de développement possibles que le Chiapas pourra conserver sa véritable identité.

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Mexique 

 

Barraquet Nadine, élève de Terminale, Guadalajara

 

Recycler pour mieux vivre

 

Le 4 avril de cette année dans la ville de Mexico, un jour de pluie, quelques bouteilles, sacs et verres en plastique ont bloqué une bouche d’égout. Peu à peu, l’eau de pluie s’est accumulée dans la rue. Cela a provoqué une terrible inondation. Les voitures flottaient et les personnes paniquaient. Les hommes désespérés, essayaient de réparer ce désastre et mettre les déchets à leur place. 

Cette catastrophe aurait pu être évitée s’il y avait eu quelques bouteilles et sacs en plastique en moins dans les rues.

En 1950, 2,500 milliards d’habitants ont produit 1,5 million de tonnes de plastique. En 2017, 7 milliards d’habitants ont produit 320 millions de tonnes de plastique.

Dans la dernière décennie, le Mexique a créé plus de plastique que ce qu’il avait créé le  siècle dernier. 50% de ce matériel est jeté et termine au fond de la mer. Il n’y a pas de loi fédérale sur la responsabilité à long terme. Les entreprises ne se préoccupent pas pour récupérer le matériel contaminant qu’elles génèrent.

Greenpeace affirme qu’il y a un manque de responsabilité réel de la part des entreprises.

Pour réussir un changement, les grandes entreprises doivent prendre l’initiative d’innover et de trouver des formes plus efficaces de commercialiser leurs produits sans que les déchets ne deviennent un problème croissant.

Miguel Rivas, un membre de Greenpeace Mexique, a lancé, il y a un an, une campagne globale pour réduire l’utilisation du plastique au Mexique. Maintenant, Coca-Cola a le plus grand centre de recyclage d’Amérique: Petstar, à Guadalajara.

Au Mexique, il y a aujourd’hui, trois états; Querétaro, Veracruz et Baja California Sur, qui interdisent l’utilisation de pailles et sacs en plastique. Cinq autres états; Sonora, Durango, Nuevo León, Jalisco et CDMX sont en cours de ratification de cette loi.

 

Rivas Soutien l’idée que le recyclage n’est pas la solution, il faut consommer moins et donc jeter moins. Il dit qu’il faut changer le modèle de consommation avec des dynamiques nouvelles .

Nous pouvons tous contribuer et construire un futur favorable pour le pays. Maintenant que nous en sommes conscients, prenons les bonnes initiatives!

 

 

 

 

 

 

 

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Colombie 

 

Santiago Lopez A., élève de Première, Bogotá

 

La Tragédie de Mocoa en 2017

 

Dans la nuit du 1er Avril 2017, Mocoa, la capitale du département de Putumayo, a subi une tragédie sans précédent. A la suite d’une avalanche, provoquée par des pluies diluviennes et au débordement des rivières (Mocoa, Mulato et Sancoyaco), la ville de Mocoa, située au confluent des trois rivières a été détruit par la force de l’eau. Au total, on a dénombré 330 morts, 76 personnes disparues et plus de 1000 victimes.

 

Au-delà de l’effroi, la catastrophe a mis en évidence l’incapacité des autorités locales de Mocoa et de Putumayo, à la prévenir. Pourtant, le 26 août 2016, l’entreprise Biomad avait publié une étude de risques, alertant des dangers liés aux phénomènes naturels sur ce site. Mais la ville est située dans une des régions les plus périphériques et les plus pauvres de Colombie. Les autorités locales sont restées très démunies, et n’ont pas obtenu l’attention suffisante du gouvernement à Bogota.

 

Cependant, le gouvernement de l’ex président Juan  Manuel Santos, a prouvé sa capacité à réagir au tragique événement, avec le déploiement de secouristes, de forces de police et de l’armée qui ont apporté une aide à la hauteur des besoins. Néanmoins, on peut regretter que les pouvoirs publics ne soient pas parvenus à prévenir cette tragédie.

Source: Rfi

Cette catastrophe a bouleversé le pays et restera sans doute l’une des pires de l’histoire de la Colombie. Le drame ayant été largement relayé par les médias du monde entier, l’aide internationale s’est rapidement mobilisée, provenant de Chine, des Émirats Arabes ou d’Espagne. Les fonds ont servi pour aider à la reconstruction de la ville et aider les victimes de Mocoa.

 

Aujourd’hui, un an après la tragédie, Mocoa poursuit ses efforts de reconstruction, mais les habitants continuent à subir le traumatisme et les pénuries. Malgré tout, les gens gardent espoir pour l’avenir de leur ville en observant les travaux de reconstruction des infrastructures, des ponts, et des aménagements pour prévenir de nouveaux phénomènes climatiques.

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Colombie  

 

Suani Lefèvre et Pierre Pulido, élèves de Première, Bogotá

 

Expédition Antarctique

 

La première expédition colombienne en Antarctique a eu lieu en 2014, même si des initiatives remontent assez loin dans l’histoire (voir le schéma des différentes étapes). Cette expédition nous montre que la Colombie, qui a vécu 50 années de guerre civile, en conflit avec les FARC, commence à rayonner à l’échelle internationale dans le cadre scientifique et environnemental.

Ce projet mis en œuvre par l’Etat colombien montre que le pays a progressé dans les domaines technologique et scientifique durant les dernières années. Ces progrès remarquables font apparaître la Colombie comme un pays en développement avec un fort potentiel économique et scientifique. Ces actions constituent une belle vitrine pour la Colombie qui cherche à attirer des investisseurs internationaux, à tourner la page de la guerre, mais aussi d’une certaine façon, que le pays  veut prendre toute sa place dans la lutte contre le réchauffement climatique.

On peut bien se demander si de tels projets auront une visibilité suffisante à l’international pour proposer une autre vision de la Colombie que celle, très vivace, de son passé.

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  L’Amérique dans 10 ans : Mexique 

 

Renata Mayorquin, élève de terminale, Guadalajara

 

L´OMNIPRÉSENCE DE « SARGASSE » AU MEXIQUE

 

Selon le WTTC (World Travel and Tourism Council), en 2017 le secteur touristique représentait 16% du Produit Intérieur Brut Mexicain.  En augmentation de 2,8% par rapport à l´année antérieure, cette croissance n´est pas nouvelle : de 1977 à 2016, la production touristique a progressé de 77,3%, quand le PIB, lui, n’a augmenté que de 58,5%.

Chaque année, le secteur touristique est confronté à diverses problématiques, souvent d´origine naturelles telles que : la perte ou la disparition progressive des côtes maritimes, l´érosion qui dévore les plages et dernièrement, la présence massive d´algues brunes appelées « Sargasse ». Localisés sur toutes les plages des Caraïbes, elles sont devenues un désastre écologique et économique. Selon l´agence de presse espagnole EFE, les dépenses pour nettoyer les plages des hôtels de Cancún, Playa del Carmen et Tulum étaient de  1 million de pesos par mois (soit 43 000 euros).

Selon la chercheure titulaire de l´Institut des Sciences de la Mer et Limnologie, Brigitta Van Tussenbroek, l´algue brune vient de la mer des Sargasses située au nord-ouest de l´océan Atlantique. Celle-ci double sa biomasse en 18 jours et elle se reproduit plus rapidement avec le réchauffement climatique et la contamination de la mer (pesticides, déchets en plastique…). L´algue a commencé à apparaître sur les plages Caraïbes mexicaines dès 2015 mais les autorités l´ont cataloguée comme un événement atypique et n´ont rien fait. Cependant en 2018, la quantité d´algues a triplé en comparaison à celle de 2015.

Les autorités ont essayé de les combattre de diverses manières. Selon le Secrétaire de l´environnement de Quintana Roo, des activités de nettoyage des plages ont commencé en juin 2018 et aujourd’hui on estime que plus de 140 000 tonnes de sargasses ont été collectées. De plus, les camions de transport ne peuvent pas entrer sur les plages pour ramasser l´algue à cause des initiatives réalisées pour la protection des tortues. En 2018, une barrière de 8,3 km a été mise en place à Cancún pour essayer de retenir les algues avant leur arrivée sur les côtes. Plusieurs personnes ont essayé d´enterrer les algues dans le sable mais ils n´ont pas eu le résultat escomptés. Les algues ne se transforment pas en sable mais en matière organique, reviennent dans la mer et se multiplient.

Si les autorités mexicaines avaient pris les initiatives à temps  en 2015, le problème aurait pu être évité aujourd’hui ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, le phénomène fait peser une réelle menace pour le tourisme, attiré par les côtes Caraïbes et ses eaux turquoises.

Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  L’Amérique dans 10 ans : Mexique

 

Marie Chantal et Marie Charlotte Gabayet Gonzalez, élèves de Terminale, Guadalajara

2028: Le Mexique sans plastique

 

En 2018, un article du magazine « El Universal » écrit par  Maria Medrano, faisait appel au gouvernement pour réagir aux problèmes causés par la consommation de plastique : 9 millions de bouteilles en plastique ont été produites, et 43 milliards de pailles  ont été utilisées dans l’année. On estime qu’un mexicain utilise 3 pailles par semaine, pour une durée de 15 minutes seulement, celles-ci finiront indubitablement sur les côtes du pays détruisant la faune marine et créant un problème environnemental insoutenable.

Le premier état  a réagir est celui de Jalisco, qui a conçu une loi “de l’équilibre écologique” interdisant toute utilisation de plastique dès le 1er janvier 2020. Le gouvernement a pris des mesures pour gérer ce problème, par exemple comme l’interdiction de l’utilisation des sacs en plastique au supermarché, ou encore la séparation des déchets pour les recycler. Tous les commerces de nourriture à emporter  qui utilisent des plats, des cuillères, des verres et des sacs matière en plastique, devront changer leur matériel afin d’utiliser des produits moins polluants.

La majorité de la population de Jalisco est vraiment motivée par cette cause, et en 2028 l’état deviendra un véritable exemple environnemental pour l’ensemble du pays.

Peu à peu les personnes refuseront d’acheter des produits emballés dans du plastique, ce qui obligera les grands supermarchés à changer leur manière de vendre. En 2028, les consommateurs devront se présenter avec leurs récipients personnels (comme des Tupperware) pour mettre les produits qu’ils achèteront. Pour les personnes qui les oublieront, ils auront la possibilité d’en acheter d’autres sur place.

Les personnes qui n’utilisent pas de produits plastiques seront de plus en plus nombreuses. Selon une étude sur le niveau d’écologie du gouvernement en février 2026, la dernière entreprise qui exportera du plastique fermera à cause du manque de demande.

Cette année-là, les gouvernements cesseront de contrôler l’utilisation du plastique, car selon la Secrétariat de l’Environnement et des Ressources Naturelles (Semarnat), les lois bien appliquées permettront à la population de prendre conscience des conséquences positives et se sensibiliseront d’avantage à l’environnement. Les personnes n’auront plus besoin d’être « guider » par les institutions.

Le Président de la Semarnat, Rafael Pacchiano Alaman affirme qu’ensemble on créera une génération capable de changer notre manière de vivre et d’appréhender notre consommation de manière plus écologique. En  2028, le Mexique sera un exemple pour tout le monde!

Les Hydrates de méthane : l’énergie fossile du Futur ?

Louis.G.K. Ferrand, Bogotá  

 

Les Inuits l’appellent « Ignik Sikumi », en français nous l’appelons, la glace qui brûle. Les scientifiques et spécialistes des hydrocarbures parlent d’hydrates de méthane. L’hydrate de méthane ou clathrate de méthane est un composé d’origine organique naturellement présent dans les fonds marins, dans les talus continentaux mais également dans le pergélisol des régions polaires. Le pergélisol est aussi appelé permafrost en anglais. C’est la partie de la toundra qui est composée principalement de glace qui ne fond jamais quand les températures ne dépassent pas les records que connait actuellement le globe.

Selon les estimations de l’agence de l’information sur l’énergie des Etats Unis, le gaz naturel devrait devenir la deuxième source d’énergie au monde devant le charbon à partir de 2030.

 

Les hydrates de méthane apparaissent ainsi dans ce contexte comme un contributeur important et en devenir de la production globale gazière. La combustion de cette énergie fossile ne produit pas plus de CO² que la combustion du gaz naturel et elle produit moins d’effet de serre que lors de la combustion du charbon et du pétrole. On pourrait donc logiquement qualifier ce combustible fossile de plus propre. Mais ce n’est pas aussi simple, du fait que ce combustible, étant donné sa composition, est très riche en méthane. Or, une fuite de méthane dans l’atmosphère a des conséquences sur l’environnement beaucoup plus graves. En effet, le méthane sous forme de gaz est 21 fois plus efficace comme effet de serre que le CO².                                                                    Photo d’hydrates de méthanes en combustion

 

On parle de réserves non conventionnelles d’hydrocarbures pour les hydrates de méthane car ce sont des réserves qui se forment dans des conditions très particulières, dans des régions très éloignées où leur exploitation est très onéreuse. Mais avec l’épuisement des réserves dites conventionnelles et le développement technologique des dix dernières années, leur exploitation et leur utilisation sont remises à l’ordre du jour. La principale force des hydrates de méthane malgré leur exploitation difficile, est qu’ils constituent une réserve énergétique énorme. On estime actuellement que les hydrates de méthane des fonds océaniques contiennent deux fois plus en équivalent carbone que la totalité des gisements de gaz naturel, de pétrole et de charbon connus sur la surface du globe.

Les principales recherches sur l’extraction des hydrates de méthane sont menées en Asie malgré des avancées particulièrement importantes sur le continent américain. Traditionnellement, c’était le Japon qui était le plus avancé, poussé par une volonté politique renforcée après Fukushima de trouver une source d’énergie sûre lui permettant l’autonomie énergétique. Les géologues estiment que les fonds océaniques aux alentours du Japon contiennent à eux seuls suffisamment d’hydrates de méthane pour fournir l’équivalent d’un siècle d’approvisionnement de l’archipel en gaz naturel. Aujourd’hui, le Japon a l’obligation d’importer la quasi-totalité de ses ressources énergétiques. Les hydrates de méthane sont pour les politiques et scientifiques japonais la manière de résoudre ce paradoxe pour leur pays et ainsi de leur permettre l’accès à une véritable souveraineté énergétique. En 2008, un groupe scientifique japonais a ainsi réussi la première extraction de l’histoire et en 2013, a eu lieu la première extraction off-shore.

La Russie qui possède également de très grandes réserves de ce combustible fossile, suit de très près les différentes innovations technologiques dans ce domaine. Mais un nouvel acteur a fait son arrivée dans ce secteur très particulier de l’énergie en 2017 avec des résultats qui sembleraient le positionner au sommet : la Chine. En effet, le 18 mai dernier, le ministère chinois du territoire et des ressources a annoncé avoir extrait une quantité beaucoup plus importante que lors des tests pratiqués par les autres pays. L’extraction a eu lieu à 1.266 mètres de profondeur dans la mer de Chine méridionale.

 

                                                                   Plateforme de pompage et d’essais dans les hydrates de méthane

 

La route est encore longue avant une exploitation commerciale. Néanmoins la Chine qui est le pays le plus développé dans ce secteur, estime le début des ventes pour 2030. Les défis sont encore nombreux pour arriver à une exploitation sans impact majeur sur l’environnement. Le risque principal lié à ce combustible fossile demeure le risque de fuite de méthane lors de son extraction et de son exploitation, ce qui serait catastrophique pour l’environnement et le réchauffement de la planète via l’effet de serre qu’il induirait. Les scientifiques estiment également que des exploitations importantes pourraient causer d’importants glissements de terrains sous-marins qui pourraient entrainer à leur tour des tsunamis majeurs. Malgré le faible rejet de CO² lors de sa combustion, cette ressource reste fossile et contribuerait quand même à renforcer l’effet de serre. Néanmoins, les hydrates de méthane pourraient remplacer le pétrole ou le charbon dans les pays en développement grands consommateurs d’énergie. On estime que les ressources d’hydrates de méthane vont de 3 à 30 millions de milliards de msoit 15 à 150 fois les réserves prouvées de gaz naturel sur la surface du globe.

Face à d’autres sources d’énergie comme la biomasse, le solaire ou la capture des décharges électriques envisagées par Nicol Tesla en son temps, l’exploitation des hydrates de carbone , si elle est une possibilité technique, n’est pas la seule, et encore moins la meilleure des énergies nouvelles a prioriser car du point de vue environnemental, elle reste une forme d’énergie fossile, donc mauvaise pour la biosphère.

« Entrées précédentes