Archives d’Auteur : lechodesameriques

Les secondes du Lycée français de Caracas découvrent la Chine !!!!

Elèves de la classe de Seconde, Caracas  

 

La convergence d’énergies et d’enthousiasmes ainsi qu’un travail de titan pour franchir les obstacles permirent la mise en place de ce projet fou. Tous ensemble, nous, élèves de seconde, avons   travaillé sans compter, tant pour l’obtention de fonds qu’au niveau scolaire. Et puis, le jour tant attendu est arrivé.

Le 6 juin, nous avons pris notre envol vers cette Asie mythique, vers cette Chine millénaire que nous avions  appris à connaître tout au long de l’année: initiation au mandarin et au pin yinh durant deux mois,  quatorze films chinois ou sur la Chine, exposés, cours de Taï Chi et de Kung Fu, opéra ( Turandot ou les chinoiseries du XIXème siècle),  cours d’histoire et de géographie ( avec cartes et  interrogations écrites !!!!!), constitution d’un blog où est  présentée la cinquantaine de mini exposés réalisés de novembre à mai.

 

 

 

Notre blog: Chine 2018, une civilisation millénaire

 

 

 

 

 

Grâce aux aides obtenues, telles celle de Mr l’Ambassadeur lors du Récital de chant lyrique, celle de Monsieur le  Directeur d’Air France,  grâce aux  dons des familles, aux trois crowdfundings, à  notre travail afin d’obtenir des fonds, tous les élèves désireux de partir ont pu s’envoler, ce qui représentait  85% de la promotion présente en juin. Un exploit qui s’est plié aux normes imposées par le Lycée.

 

Vivre au Venezuela est bien difficile en ce moment. Rêver de la Chine depuis le Lycée français de Caracas était une chimère. Nous avons lancé notre projet comme on lance une bouteille à la mer et nous avons eu l’immense chance de pouvoir le réaliser ! Embarquement pour une folle aventure: Caracas-Paris-Beijin- Xian, puis Shanghai-Paris-Caracas, le tout en onze jours !!!!

        

Un moment particulièrement fort fut la rencontre avec les  Secondes du Lycée français de Beijin : nous avions tout en commun alors que nous vivions dans des mondes si différents, ceci  grâce à notre éducation française ! C’était incroyable ! Nous avons pu parler dans la même langue, échanger nos impressions sur nos matières préférées, nos profs etc…   Après avoir partagé de magnifiques moments lors d’un match de foot et un autre de handball, nous avons projeté à nos nouveaux camarades un Powerpoint présentant le Venezuela. Une photo souvenir marqua ce moment historique.

La vidéo réalisée par Laura Marquez raconte notre incroyable équipée ! (Clic sur la photo)

 

 

 

 

 

UN MESSAGE POUR TOUS LES ASPERGERS

Gabriel, élève de 1ère, Caracas  

 

 Je m´appelle Gabriel et je suis élève en seconde au Lycée Français de Caracas. Au mois de juin, j´ai eu la chance de voyager en Chine avec ma classe. Mes professeures et le proviseur étaient inquiets face aux possibles risques du voyage : ils ne connaissaient pas mes capacités d’adaptation ni de relations avec les autres. Ils avaient peur de ma réaction sur certains changements radicaux comme le changement d´horaire et principalement la nourriture.

 

Maintenant je vais vous raconter mon expérience et la leçon finale :

Grâce à un effort financier considérable de la part de ma famille, la décision finale prise avec le Lycée, ma psychologue Anny, mes parents et les professeures, a été de voyager avec un accompagnant.

Le jour du voyage, j´avais du stress positif comme disait ma prof de math :   deux aéroports, deux vols, je me suis senti extrêmement bien.  Les premiers jours, il n’y a eu aucune situation inconfortable : dans la chambre avec mes copains Jean et Suviehl, c’était super. Nous nous levions très tôt pour être les premiers au petit déjeuner.

A certains moments, je me suis senti mal à l’aise : en allant au temple de Shaolin, un évènement m’a mis dans une situation un peu sentimentale et je me suis senti triste. Un autre soir, dans le train, ma mère et moi nous avons eu un petit problème avec des voyageurs chinois, c’était stressant. En plus, pendant le spectacle des lumières j´étais « super inconfortable » pour un petit changement d´horaire. Je me suis dit à ce moment : « Je suis en Chine, je suis ici grâce à ma persistance et ma motivation et tout le soutien de ma famille, de mes enseignants et de mes amis et je dois trouver moi-même des solutions ».  Je dois remercier particulièrement une copine que s´appelle Sophie D. pour sa compagnie. De plus, c’est grâce à elle j´ai pu manger des fruits et des légumes pour la première fois : avant, je ne le faisais pas !

 

A tous les Asperger, je dis :

« Ne croyez pas que votre don soit un obstacle, vous pouvez faire quoi que ce soit avec de la motivation, de la persévérance  et surtout une bonne équipe de travail. Rappelez-vous ce qu’a dit Hans Asperger : vous avez un don dont vous devez profiter au maximum ! »

Cartagena de Indias, la ville des inégalités extrêmes

Judith Parenti, Bogotá 

 

Cartagena de Indias est une ville portuaire située sur la côte caraïbe colombienne. Elle est réputée par la beauté de son centre historique, la “Ciudad Amurallada”, et son agréable climat tropical, chaud et venteux, attirant les touristes. Cartagena de Indias est la capitale de la province de Bolívar, et compte plus d’un million d’habitants. Les principales activités économiques de Cartagena de Indias comprennent l’activité portuaire et maritime, l’industrie pétrochimique et le tourisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cartagena, destination de rêve prisée par les touristes du monde entier…

Cartagena de Indias est un des joyaux touristiques de la Colombie. Classée au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, elle accueille aujourd’hui plus de deux millions et demi de visiteurs, en croissance de 10% cette année, notamment grâce aux accords de paix avec les guérillas comme les FARC, qui ont permis à la Colombie de s’ouvrir davantage au tourisme. La fréquentation des paquebots de croisière est également considérable, plus de 200 paquebots y accostent chaque année, chacun déversant 2 000 touristes dans la ville. Des célébrités telles que Shakira ou même Donald Trump s’y rendent en vacances.

 

La ville possède un centre historique extrêmement bien conservé, fondé au XVIe siècle, appelé la “ciudad amurallada” (la cité emmurée), caractérisé par ses places, ses rues pavées et ses bâtiments de style colonial colorés, où les touristes se promènent et jouissent de la beauté des lieux, des meilleurs restaurants, tel que le “Café del Mar”, connu pour son coucher de Soleil spectaculaire. Les magasins sont aussi nombreux, et les commerçants ambulants sillonnent les rues étroites.

Rue typique de la Ciudad Amurallada                           Coucher de soleil au Café del Mar

A l’Ouest du centre historique, se trouvent les quartiers modernes (Bocagrande, el Laguito, Castillogrande). les grattes ciels, longés de longues plages couverte d’un sable légèrement grisâtre, offrent une skyline qui n’a rien à envier à Miami ou Cancun.   C’est cette partie de la ville qui contient les principales infrastructures touristiques telles que les hôtels, boutiques, restaurants et discothèques. L’eau chaude de la mer en fait une destination idéale pour profiter de la plage.

C’est aussi dans ces quartiers touristiques que la classe aisée de Cartagena a élu résidence.

Les appartements y sont spacieux et confortables dans les condominiums avec climatisation, piscines, salles de sport et autres installations privilégiées reflétant leur richesse et leur prestige.

                           Quartier de Bocagrande

 

Cartagena de Indias, une ville si paradisiaque? 

La plage, les bars luxueux, les piscines privées, les restaurants de haute gastronomie, les promenades dans le centre historique impeccablement conservé … que désirer de plus? Cartagena c’est le paradis, non?

Et bien pas vraiment. Il y a une autre réalité cachée et ignorée des touristes. Cartagena est en effet une des zones les plus pauvres de la Colombie. Ce contraste saisissant remet sérieusement en question l’image paradisiaque de la ville.

Cartagena est la deuxième ville colombienne comptant le plus haut taux de pauvreté monétaire. La zone misérable couvre 40% de la ville  et concerne 40% de la population, qui Une grande partie de la ville est misérable, les habitants y vivent  dans des conditions déplorables, sans accès à des services publics efficaces, et où l’hygiène est très mauvaise. Cette situation est totalement inacceptable.

Dans ces secteurs misérables, les habitants n’ont pas accès à l’eau potable, ils n’ont aucun système sanitaire efficace, ce qui les oblige à faire leurs besoins dans la rue, attirant les rats, les moustiques, et donc forcément les maladies. La nourriture se fait également rare. Nombreuses sont les personnes, notamment les enfants, qui sont dans des états rachitiques. Les maisons sont misérables et extrêmement rudimentaires: les matériaux utilisés sont généralement issus des poubelles et des matériaux retrouvés dans la rue. Les murs sont très peu solides, et lors de fortes pluies les habitants sont obligés de couvrir leurs maisons de sacs plastiques pour éviter des inondations ingérables.

 

Et encore, il faut ajouter à cela les zones pauvres, qui n’arrivent pas au point d’être misérables. Il est intéressant de préciser que, en Colombie, une maison considérée comme extrêmement pauvre/misérable est une maison où vivent 4 personnes, qui reçoivent moins de 408 mille pesos par mois (=116 Euros).

Un documentaire, “Cartagena pa’ entro” a été réalisé afin de dénoncer ces inégalités. Ce documentaire contient de nombreux témoignages, dont celui d’un jeune de 20 ans, Luis Eduardo Guerra, chanteur de hip hop. Il vit avec sa femme, ses deux enfants et sa belle-sœur, dans une maison misérable qui ne contient que quelques matelas par terre et un éventail.  Leur nourriture quotidienne se résume à des œufs et des “platanos verdes”. Il déclare que son objectif est de récolter entre 10 et 15 mille pesos par jour, dans le meilleur des cas, afin de faire subsister sa famille.

 

Ces inégalités ne se font pas seulement remarquer sur le continent, mais également sur les îles entourant Cartagena. L’île Tierra Bomba en est un parfait exemple.

Ci dessus, nous pouvons voir la partie misérable de Tierra Bomba, pleine de déchets, de saletés et d’habitations déplorables.

Ci dessous, nous voyons l’autre côté de l’île: une belle station balnéaire aménagée, propre et riche, qui accueille les touristes.

 

Impressionnant contraste, n’est-ce pas? Et bien malheureusement, il ne s’agit que de la triste réalité de Cartagena, et de la côte Caraïbe en général, Santa Marta, par exemple offre  des conditions assez similaires à celles de Cartagena.

 

 

L’Arctique, continent glacial, sujet à des tensions jamais aussi chaudes !

Louis GUIGNEFORT KIMBAL FERRAND, Bogotá 

 

La zone est soumise depuis quelques années, à des tensions du fait que la Russie, le Canada, les États Unis grâce à l’Alaska mais également les pays nordiques telle que la Norvège, l’Islande, le Danemark, cherchent à s’emparer du formidable gâteau énergétique

 

L’Arctique aurait été découvert en 330 av. J-C. par le navigateur Marseillais, Pythéas qui navigua jusqu’aux îles Shetland ou l’Islande actuelle. Pourtant ce n’est que bien plus tard entre les années 1725 et 1741 que le Danois Vitus Bering, envoyé par le Tsar Pierre le Grand, découvrit le détroit entre la Sibérie et l’Amérique. Détroit qui porte aujourd’hui encore son nom, le détroit de Béring. Mais c’est surtout lors des grands plans de développement sous la Russie communiste que la Sibérie et donc la plus grande partie de l’Arctique terrestre, connaît un développement sans précédent. Aujourd’hui sur les 4 millions d’habitants de cette zone géographique, 2.3 million sont encore russes. Avec le réchauffement global du globe et avec elle des courants marins, les glaces enfermant l’océan Arctique se sont ouvertes. Cette ouverture permet la navigation de porte-conteneurs une partie de l’année sans l’utilisation de brises glaces. Alliant à cela des avancées technologiques importantes dans l’exploration sous-marines et l’exploitation off-shore, cette espace il y a seulement 30 ans, sans grand intérêt représente aujourd’hui une manne financière gigantesque pour les pays limitrophes.

La zone est soumise depuis quelques années, à des tensions du fait que la Russie, le Canada, les Etats Unis grâce à l’Alaska mais également les pays nordiques telle que la Norvège, l’Islande, le Danemark, cherchent à s’emparer du formidable gâteau énergétique. Une preuve de l’importance que le gouvernement de Poutine accorde à cette conquête sont les moyens mis en œuvre. Ils sont colossaux. Le gouvernement russe table sur des dépenses se soldant à près de 4 milliards de dollars. Le Président russe Vladimir Poutine a ainsi dit lors du forum annuel de l’Arctique russe en présence de l’un des vices premiers ministres chinois, Wang Yang qui était accompagné d’une très grosse délégation, la volonté de la Russie de devenir la puissance économique et militaire numéro un de la région septentrionale du globe.

Selon la revue Nature, un tiers des réserves mondiales de pétrole, la moitié de celles de gaz et 80% de celles de charbon se trouvent en Arctique, de quoi attiser les convoitises! Ce bouquet énergétique représente le podium des ressources naturelles utilisées dans le monde soit, pour qui pourra les contrôler, les exploiter et les vendre, de formidables outils de développement et de projection de puissance. La plupart des organismes de protection de l’environnement dénoncent cette course à l’exploitation car selon elles, ce sont des ressources naturelles qui ne devraient pas quitter le sol afin que soit respecté l’objectif d’une hausse des températures  de seulement 2 degrés d’ici à 2050.

 

« Celui qui commande sur mer possède un grand pouvoir sur terre.»                                                           Cardinal de Richelieu

 

En juillet de l’année 2018, le méthanier brise-glace Christophe de Margeris de l’Europe du Nord à la Corée du Sud réussit à rallier le nord de la Norvège au port de Boreyeong en Corée du Sud par la route « Nord-Est » en 15 jours : Une première pour cet itinéraire que certains définissent comme la future autoroute du trafic mondial. Il devient ainsi le premier méthanier à parcourir seul cet itinéraire sans l’aide d’un navire type brise-glace pour ouvrir le convoi. Cette information prouve donc et confirme la viabilité de cette nouvelle voie maritime commerciale qui, de facto, déstabilise une partie des jeux politiques. Les bateaux reliant l’Asie et l’Europe ou bien la côte Ouest des États Unis ne sont plus obligés d’emprunter les trajets classiques passant par les canaux sur l’Isthme du Panama ou bien de Suez.

L’ouverture du pôle nord permet la création de nouvelles routes commerciales entre la machine-outil du monde (la Chine) et l’Europe. En effet, la route maritime traditionnelle passe par le détroit de Malacca en Indonésie puis longe la péninsule Arabique jusqu’au canal de Suez pour ensuite rejoindre l’Europe. On compte en moyen 48 jours de navigation pour relier la Chine au port de Rotterdam.

La nouvelle route maritime est innovante du fait qu’elle propose un itinéraire passant par l’océan Arctique. Les bateaux empruntent le détroit de Béring et suivent les côtes de la Sibérie jusqu’à la mer du Nord où ils atteignent le port d’Amsterdam. Le plus gros avantage de cet itinéraire est une durée de navigation beaucoup moins longue pour relier la destination de départ soit la Chine et la destination d’arrivée, le port d’Amsterdam. En compte pour cet itinéraire seulement 35 jours soit 13 jours de moins que le précédent.

A la suite de la fonte d’une grande partie des glaces enfermant la mer Arctique, les pays bordant ces eaux ont commencé à changer leurs opinions à propos de ces immenses étendues glaciales, qui ne représentaient que très peu d’intérêts économiques, il y a seulement quelques années. Avec le développement des technologies dans les différents secteurs du transport et de l’exploration sous-marine, l’Arctique promet de devenir un espace d’avenir du fait de la découverte de nombreux gisements miniers et d’hydrocarbures et de la création de nouvelles routes maritimes d’importance mondiale. Au niveau géostratégique, les changements sont énormes car cette route beaucoup plus rentable en temps donc en argent est entièrement sous contrôle Russe et non plus sous contrôle des États-Unis ou de L’OTAN comme le sont les détroits de Suez, de Malacca, de Panama ou de Gibraltar.

L’isthme du Darien…un nouveau couloir migratoire en Amérique (2/2)

Louis G.K. Ferrand, Bogotá  

 

Les passeurs nommés « les coyotes » sont souvent d’anciens guérilleros ou paramilitaires reconvertis dans des activités criminelles. Plusieurs cartels colombiens sont impliqués dans ces entreprises de passeurs, dont ceux de Medellin ou de Cali, historiquement déjà présents dans la zone. La Colombie est le plus gros producteur de cocaïne et les différents acteurs mafieux font passer cette marchandise illégale par cette frontière très peu surveillée. Le but des mafieux est d’atteindre plus facilement les marches européens et d’Amérique du Nord par les ports panaméens moins surveillés que les ports colombiens. C’est aussi un itinéraire classique pour les armes amenées en Colombie mais également en Amérique Latine.

Pour les différents acteurs criminels de la région, le passage des migrants représente aussi une manne financière non négligeable. Le prix d’un passage illégal entre les deux frontières est estimé de 600 à 800 dollars par personnes. Près de 38 000 personnes seraient passées en 2017 selon les douanes du Panama, leur nombre serait en constante augmentation.

Les migrants les plus nombreux sont de nationalité cubaine, bangladeshi ou haïtienne. Il existe aussi de nombreux migrants venant d’Afrique et d’Asie mais nous ferons seulement le trajet type d’individus de ces trois nationalités pour mieux comprendre pourquoi ils passent par le bouchon du Darien.

Concrètement, un migrant de nationalité Cubaine ou Haïtienne peut légalement entrer au Pérou ou en Équateur sans visa. C’est le moyen le plus facile pour accéder au continent américain et c’est alors le début d’un long périple vers l’Amérique du Nord. Un indien ou un Bangladeshi peut se rendre au Brésil sans visa. D’autres pays comme la Bolivie ou l’Équateur ne demandent pas de visa pour rentrer sur leurs territoires. Ces pays servent pour ces migrants de point d’entrée sur le continent américain.

En Amérique latine, il semblerait que plus la nationalité déclarée lors d’un contrôle de police est exotique (venant de très loin), plus les policiers se trouvent embarrassés et laisseraient facilement passer les migrants interrogés. De nombreux haïtiens se font souvent passer pour des africains francophones grâce à la proximité de la langue créole avec le Français. Cette parade leur permet de traverser plus facilement la frontière panaméenne car le gouvernement de ce pays a totalement interdit l’accès illégal aux citoyens haïtiens qui sont dès lors systématiquement renvoyés dans leur pays d’origine.

La grande crainte du migrant illégal est d’être soumis à des contrôles dans la rue ou lors de l’enregistrement de leur identité en accédant dans des camps de migrants aux passages des frontières. Dans ce dernier cas, ils peuvent alors donner une fausse identité du fait que nombreux d’entre eux voyagent sans papiers. L’attitude du gouvernement panaméen semble être de plus en plus dure et répressive avec notamment une militarisation de son service de contrôle des frontières (SENAFRONT), l’incarcération administrative et arbitraire de migrants illégaux dans des camps de transit et un recours de plus en plus fréquent au refoulement vers la Colombie via des voies maritimes. Outre les dangers physiques, cet exode coûte très cher aux migrants, environ 4800 dollars par personne pour rejoindre le Mexique depuis Turbo en Colombie. La plupart ont tout vendu et abandonné dans leur pays d’origine pour acquérir la somme nécessaire. Ils sont prêts à tout pour rejoindre le pays de leurs rêves : les États Unis ou le Canada. L’Europe qui a durcit ses frontières apparait de plus en plus comme une forteresse impossible à atteindre.

Pour information :

Le cout moyen d’une traversée illégale de la mer méditerranée des côtes libyennes aux côtes italiennes s’élèverait selon les autorités italiennes entre 4300 à 6700 Euros, soit plus cher que l’itinéraire Darien/ Usa.

On assiste enfin à une hausse particulièrement importante du nombre de cubains traversant cette frontière, car nombreux sont les Cubains qui souhaitent profiter des aides préférentielles encore en vigueur pour leur installation aux États-Unis. Cette aide est cependant compromise dû au réchauffement diplomatique entre les deux anciens grands ennemis.

 

Les différents flux de migrants à travers le monde ont systématiquement apporté des changements et parfois même causé des problèmes au sein des pays qu’ils traversent. En France, les médias mettent régulièrement en exergue les conflits d’intérêts posés par les flux des migrants économiques fuyant l’Afrique subsaharienne pour la plupart et les demandeurs d’asiles syriens fuyant l’Asie mineure. A ces flux il convient d’ajouter un nombre de plus en plus élevé de Yéménites fuyant leur pays en proie à une guerre civile depuis mars 2015.

L’Isthme du Darien … Un nouveau couloir migratoire en Amérique (Partie 1/2)

Louis G.K. Ferrand, Bogotá

 

Peu connu en Europe, l’isthme du Darien séparant la Colombie du Panama est maintenant devenu pour la plupart des organisations humanitaires en charge de la problématique des migrants, le point de passage obligatoire pour toute personne sans papier souhaitant rejoindre illégalement les Etats Unis d’Amérique. L’isthme du Darien est une zone où la violence est récurrente de par la présence de mouvements armés et de différents groupes criminels liés à la production de drogue et au transit d’armes. On retrouve parmi ces acteurs criminels tristement célèbres, les cartels de Cali et de Medellin. Depuis 2015, on observe une augmentation significative du nombre de ces populations de migrants franchissant la frontière. Ils seraient près de 38 000 migrants à être  passés en 2017. Non seulement ils sont soumis à de nombreux dangers, mais leur passage représente également une source de problèmes dans ces régions latines et d’Amériques centrales déjà très instables.

Le golfe et l’isthme du Darien sont la frontière naturelle entre la Colombie et le Panama. Il représente également le passage entre deux zones géographiques : l’Amérique du Sud du côté colombien et l’Amérique Centrale avec le Panama. La frontière est particulièrement peu développée car aucune route terrestre ne traverse le massif montagneux qui est recouvert d’une jungle très dense avec des pics s’élevant à près de 1.845 mètres d’altitude. Cette zone fait environ 160 kilomètres de long entre les deux pays pour une largeur maximum de 50 kilomètres à certains endroits entre la Mer Caraïbe et l’Océan Pacifique. Les géographes appellent cette zone « le bouchon du Darien » car c’est le seul endroit entre le grand nord de l’Alaska et le grand sud du Chili où la mythique route Panaméricaine est interrompue. Les principales causes de cette rupture sont dues à des facteurs physiques, un massif montagneux très peu favorable à la construction d’une autoroute auxquels s’ajoutent des conflits armés opposants des guérillas marxistes, des groupes paramilitaires et l’armée colombienne.

 

Ces conflits remontent historiquement à la guerre civile que la Colombie a connu ces 50 dernières années. Aujourd’hui suite à la signature de l’accord de paix avec les FARC, on pouvait espérer que la situation se soit calmée. Malheureusement, le vide créé par le désarmement des FARC a attiré de nouveaux acteurs militaro-mafieux fortement liés au trafic de drogue, d’armes et d’exploitation illégale de ressources naturelles. La frontière entre le Panama et la Colombie est très difficilement contrôlable car c’est une zone où aucune infrastructure publique et privée n’a été construite. Cette zone stratégique frontalière a attiré la curiosité lorsque certains pécheurs de la région, ont commencé à remonter des corps de la mer qui présentaient des caractéristiques propres aux peuples asiatiques et africains. Des corps sur lesquelles ont été trouvés des documents d’identités émis par le Bangladesh ou la Somalie, soit des personnes très éloignées de leurs pays d’origine. Les autorités ont également été étonnées par la présence de plus en plus nombreuse de migrants internationaux lors des contrôles de routine effectués dans cette zone.  

On peut cependant souligner que le Darien a toujours été soumis à des migrations internationales. Pendant les années 1980, de nombreux colombiens ont fui leur pays en proie à des conflits politiques, idéologiques et criminels. Nombre de cubains ont également opté pour cet itinéraire afin de fuir le régime Castro. Un itinéraire dangereux mais où les probabilités de se faire capturer par les forces de régulation des migrants illégaux autour de Cuba sont beaucoup moins élevées qu’un trajet la Havana-Miami.

Il est difficile d’estimer le nombre de migrants traversant la frontière colombo-panaméenne mais certaines personnes évoquent le passage de toutes les nationalités du monde, exception faite de ressortissants de Papouasie Nouvelle Guinée. Avant l’explosion du nombre de migrants, Il existait deux routes traditionnelles. La première était maritime. Celle-ci reliait illégalement deux ports, l’un en Colombie et le second au Panama. Le port colombien de Turbo est à ce jour, toujours la plaque tournante de l’immigration illégale de la Colombie vers le Panama. Avant 2015, la route maritime se terminait dans le port de Puerto Escocés de l’autre côté de la frontière. Cet itinéraire avait un coût humain et financier beaucoup moins élevé pour les migrants que le second. Le passage était le plus souvent assuré par des pêcheurs de la côte et le prix d’un billet pour le Panama s’élevait alors, entre 200 et 400 dollars par personne. Mais dans un pays où le salaire moyen est de 583 dollars (Banque Mondiale 2018), les groupes criminels ont commencé alors à s’emparer du trafic.

Après 2015, les relations internationales entre la Colombie et le Panama ont subi des changements. Autant l’immigration de quelques milliers de personnes par an était tolérée par les autorités panaméennes, celle de dizaines de milliers par mois ne l’était plus. Un accord Colombie / Panama était nécessaire. Les grands points de ce traité impliquent de nouvelles procédures envers les migrants : lors d’un contrôle d’une personne sans papiers sur le sol colombien, on attribuerait une sorte de visa temporaire au migrant à son lieu d’entrée en Colombie. Dans les faits, cette attribution n’a qu’un seul but, celui d’un transit plus rapide des migrants internationaux en Colombie vers le Panama. En effet, la Colombie possède la triste première place du plus grand nombre de déplacés internes devant même la Syrie. Les autorités n’ont donc aucun intérêt à ralentir ces flux de personnes voulant absolument rejoindre les Etats Unis et le Canada, et en aucun cas, s’installer en Colombie pays déjà débordé par ses problèmes internes.

La seconde route, la seule utilisée aujourd’hui débute toujours dans la ville colombienne de Turbo. Les migrants rejoignent avec des navettes tolérées par les autorités colombiennes, le port de Sapzurro qui est la dernière ville en Colombie avant la frontière panaméenne. C’est à partir de là que l’étape la plus dangereuse d’une longue marche meurtrière commence. Prenons l’exemple d’un migrant X :  Après avoir payé son billet à un passeur surnommé « coyote » il doit affronter une marche éreintante de 6 jours afin de rejoindre le Panama. L’entreprise de ce voyage au milieu de la jungle nécessite une condition physique certaine et un matériel adéquat que la plupart des migrants ne possèdent pas. On trouve sur ce chemin des personnes de toutes les générations, personnes âgées, enfants en bas âge et femmes enceintes. Les guides et le groupe n’attendent pas les retardataires qui sont donc abandonnés dans la jungle. Un abandon par le groupe signifie une mort certaine. En effet, la jungle qu’ils doivent traverser est totalement vierge de toute présence des deux états. Les dangers sont nombreux, faim soif, humidité, embuscades. Les migrants représentent de l’argent et les différents acteurs criminels de la zone cherchent à s’en emparer. Ainsi de nombreux migrants sont dépouillés de tous leurs biens par leurs guides ou lors d’embuscade. On mentionne également des rapts et des viols. Certaines guides demanderaient également en plus des dollars, le transport de cocaïne et d’armes entre les deux pays.

Et si par malheur, le groupe rencontre les forces de régulation des frontières du Panama … les migrants sont alors incarcérés jusqu’à une déportation vers leurs pays d’origine. Ce qui voudrait dire pour certaines personnes de revenir à leurs pays d’origine après avoir tout abandonné et tout vendu pour acquérir le pécule de dollars nécessaire à l’entreprise de ce voyage à haut risque.

Rétrospective 2017-2018: Washington DC

 

 

  • Arts et spectacles
  • Économie
  • Vie politique
  • Faits de société
  • Relations internationales

 

Les élèves de la classe de 1ere ES, Lycée Rochambeau, Washington D.C. 

 

27 Janvier

Vie politique

Relations internationales

 

Travel Ban

Only six days after Donald J. Trump took office as the United States President, one of his first actions was the executive order 13769, which is also known as the Travel Ban and Trump’s Muslim Ban across the United States. This Travel Ban was issued on January 27 2017, its main purpose, according to POTUS, is “to protect the American people from terrorist attacks by foreign nationals admitted to the United States”, yet the result of this executive order on immigrants is utterly tragic. Based on several accounts from legal immigrants, the effects of this ban have proven to prevent people from entering the country on an unfounded basis or for purely racist and islamophobic reasons since the ban affects muslim and other arab countries, which goes against the very values of the United States.

 

13 février

Arts et spectacles

 

Portraits Obama Quesques

Le 13 février 2018, ont été dévoilés au public les portraits officiels de l’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, et de son épouse Michelle Obama. Le couple a ainsi rejoint la collection des portraits présidentiels et trône désormais fièrement à la National Portrait Gallery de Washington DC. Barack et Michelle Obama ont remercié chaleureusement les signataires des toiles: deux artistes afro-américains, Kehinde Wiley pour l’ex président et Amy Sherald pour l’ancienne première dame.

Through these two portraits, the artists paid a tribute to the origins of the Obamas and to the importance of a unique presidency.

 

14 fevrier

Faits de société

 

 

School Shootings

On February 14th, 2018, 19 year old Nikolas Cruz was arrested in Coral Springs for the mass shooting at Marjory Stoneman Douglas High School in Parkland, Florida. 17 were killed, 14 were wounded, and 5 were left with life-threatening injuries. He used an AR-15 semi automatic rifle and showed no signs of having an accomplice. The shooting began outside and continued inside, where the deaths of 12 of the victims occurred. The shooting had à huge impact on the country, sparking a demand for gun control.

 

On May 18th, 2018, Santa Fe High School is, in turn, victim of a mass shooting. Within half an hour, gunman Dimitrios Pagourtzis, a 17 year old student at the school had killed 10, leaving 13 others injured. In the aftermath of the Parkland School shooting, Santa Fe’s tragic loss only exacerbated those invested in the fight against the right to bear arms and added fuel to the fire concerning the already heated debate about stricter gun control and the 2nd Amendment

 

 

14 Mars

Faits de société

 

 

National school walkout #enough

Suite aux fusillades à l’école de Parkland en floride (17 morts), les élèves ont décidé de commémorer cet événement à travers une manifestation nationale.Ils ont manifesté contre les lois de contrôles des armes à feu. Cette marche a commencé à 10h et un silence de 17 minutes a permis de rendre hommage aux victimes de cette fusillade.

Ce débat est relancé suite à une nouvelle fusillade survenue à Santa Fe, au Texas, le 18 mai 2018.

  

 

 

24 mars

Faits de société

 

Marche for our lives

 La “Marche for our Lives” est un événement qui se déroula le 24 Mars 2018 a Washington D.C et dans de nombreuses grande villes américaines en réaction à la fusillade qui a eu lieu à Parkland, Floride, dans une école et causé le décès de 17 élèves ou membre du personnel de l’école. Entre 1.5 millions et 3 millions d’Américains sont descendus dans la rue pour participer à cette marche. Cette marche a été organisée par un élève du Stoneman Douglas high School qui se situe en Floride. C’est la première fois qu’une manifestation d’une telle ampleur a lieu. De nombreux adolescents ont pris la parole pour condamner l’utilisation légale d’armes à feu aux États-Unis.

 

23 avril

Faits de Société –

Vie politique –

Économie

 

Remise en cause de la neutralité du net

En 2015, l’administration du président Obama a fait passer une loi qui visait à garantir l’égalité et l’anonymat des utilisateurs d’internet. Les fournisseurs d’accès à internet, ne pouvaient par exemple ni accélérer, ni ralentir (ou bloquer) certains types de contenus. Puis en 2018, la FCC (Federal Communications Commission) a proposé d’abroger la neutralité du net : pour le dire simplement rendre payant certains flux de données. La fin de la neutralité du net devrait, ou aurait dû intervenir le 23 avril 2018. La controverse est importante. Certains gouverneurs s’opposent à cette mesure (Kate Brown dans l’Oregon notamment), des recours ont été lancés, et 52 des 99 sénateurs ont voté contre la suppression de la neutralité du net. À suivre…

 

 

24 avril

Arts et spectacles-Vie politique

 

États-Unis: un musée d’art palestinien espère changer les mentalités

 

Dans le Connecticut, la ville de Woodbridge accueille désormais le premier musée américain dédié à l’art palestinien. Ce dernier a pour but de bousculer les idées reçus sur le peuple palestinien. Woodbridge est une commune aisée situé près de New York, bien loin des millions de visiteurs.

Le musée d’art palestinien à pour objectif de changer les mentalités et de modifier la vision négative qu’ont les Américains du peuple palestinien. Avec l’attention négative portée par les médias, certains américains ont développé une vision négative du peuple palestinien. C’est  pourquoi Faisal Saleh, homme d’affaire palestino-américain, décide de construire ce musée pour offrir aux Américains une vision d’un peuple comme un autre, pour les palestiniens.

 

8 mai

Relations internationales
Vie politique

 

8 Mai 2018: Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l’accord Iranien

(Donald Trump annonce sur Twitter qu’il va se prononcer sur l’accord du nucléaire iranien, la veille du retrait officiel des États-Unis

En 2015, les États-Unis signent l’accord sur le Nucléaire Iranien avec l’Iran, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, et la Chine. En échange de la levée de lourdes sanctions économiques, l’Iran promet de réduire de 98% son enrichissement d’uranium et donc de renoncer à l’arme nucléaire.

Le 8 Mai 2018, les États-Unis se retirent officiellement de cet accord qui reposait sur leur ratification pour être en mesure de fonctionner. Le président Donald Trump avait promis de sortir de cet accord, qu’il qualifie de “désastreux”, lors de sa campagne présidentielle en 2016. Il déclare ainsi le rétablissement des sanctions envers l’Iran, ce qui a créé la discorde entre les États-Unis et leurs alliés européens, et aggravé les tensions entre l’Iran et Israël.

 

Par ailleurs, cet événement illustre une tendance au retrait du gouvernement américain depuis l’élection de Donald Trump. Revenons dans le temps et intéressons-nous à trois circonstances similaires.

 

12 octobre 2017: Les États-Unis annoncent officiellement leur retrait de l’UNESCO

Les États-Unis avaient pourtant contribué à la création de l’organisation après la Deuxième Guerre Mondiale afin de promouvoir la paix à travers les sciences, l’éducation et la culture. Le retrait du gouvernement américain marque donc une rupture brutale au sein de l’organisation. Mais quelles sont les causes de cette décision pour le moins radicale ? D’après le site officiel du département d’état américain, l’unique raison du retrait est la politique “anti-Israël” de l’UNESCO.

En effet, entre 2011 et 2017, les États-Unis ont diminué leur participation financière à l’UNESCO de 80 millions de dollars par an pour illustrer leur condamnation de l’importance donnée au sein de l’organisation à la Palestine et à l’Organisation de la Libération de la Palestine (OLP), qui possède depuis 1974 un statut d’observateur aux Nations Unies. Le retrait du 12 octobre 2017 vient donc simplement clore une politique qui, depuis des années, visait à créer une rupture entre les États-Unis et l’UNESCO.

 

1er Juin 2017: Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de la COP 21

C’était une des promesses de campagne de Donald Trump, et le 1er Juin 2017 elle est devenue réalité. En effet, le président américain a exprimé en conférence de presse sa décision immédiate de retirer les États-Unis des accords de Paris, qui avaient été ratifiés par le gouvernement d’Obama en 2015. La raison principale de ce retrait: d’après Donald Trump, les accords sur l’environnement allaient porter atteinte à l’emploi dans le pays, et notamment dans les secteurs de l’extraction de ressources fossiles. Par ailleurs, le gouvernement du président Trump est connu pour être fortement climato-sceptique. En effet, le nouveau président a par exemple choisi Scott Pruitt, climato-sceptique affirmé, pour remplir le poste de dirigeant de l’agence de l’environnement américaine.

Malgré ce retrait de la part du deuxième plus gros pollueur du monde, de nombreux autres pays signataires, dont la Chine, ont réaffirmé leur volonté de respecter les accords de la COP 21.

 

19 juin 2018 : les États-Unis annoncent leur retrait du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

L’organisation est accusée par la représentante des États-Unis à l’ONU d’avoir « Pendant trop longtemps, [protégé] les auteurs de violations des droits de l’homme et il a été un cloaque de partis pris politiques » (source Le Monde 19/06/2018)

 

La sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien (en poème, extrait)

 

L’Iran, L’Afghanistan, L’Irak et le Levant

Succombent aux fleuves rouges qui y affluent et cavalent

Succombent aux germes sinistres d’une morsure infernale

Une véritable violence qui n’a rien d’innovant

 Halte au saignement

Lorsqu’une force certes totalitaire tombera

L’Hydre islamiste aux nombreuses têtes se lèvera

Un contingent immoraliste affluera

Une virulente vague vagabonde débarquera

Nous en sommes donc là

14 mai

Relations internationales

 

Le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem

 

                     

Le 6 décembre 2017 le président des États-Unis Donald Trump a déclaré que Jérusalem devait être considéré comme la capitale d’Israël et a  décidé de déplacer l’ambassade des États-unis de Tel Aviv à Jérusalem. Cette décision a déclenché de nombreuses violences dans la région notamment à Gaza. Le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem a eu lieu le 14 mai 2018.

 

 

24 mai

Relations internationales

 

États-Unis-Corée du Nord

Less than one month before the historic summit between North Korean leader, Kim Jong Un and United States president, Donald Trump, the latter has decided to pull out of this meeting. Supposedly taking place in Singapore, this encounter was meant to encourage the denuclearization of the volatile North Korean nation, as well as mitigate the amplifying tensions between both leaders, even occurring at times through the medium of twitter.

Although Kim Jong Un claimed the destruction of its nuclear sites, president Trump felt nonetheless threatened by dangerous comments and perils presented by the North Koreans. In fact, in the formal letter sent to Kim Jong Un, Trump admits in an unsettled tone his displeasure with North Korea’s public show of their nuclear capacities and assures the United States’ “massive and powerful” bombing capabilities.

 

   Source: New York Times

 

 

25 mai

Faits de société

 

Affaire Weinstein: Début du procès à New York!

C’est Ronan Farrow, correspondant de NBC News qui, en décidant de publier dans le journal The New Yorker le témoignage de 13 femmes agressées sexuellement par Harvey Weinstein, déclencha cette polémique. Celle-ci, souvent surnommée par les médias “Affaire Weinstein” a fait l’effet d’une bombe. Elle va être le point de départ d’un vaste mouvement de dénonciation d’actes relevant de harcèlement ou d’agressions à caractère sexuel, à l’encontre du producteur américain et mais aussi de beaucoup d’autres personnalités connues du “showbiz”. Au total ce sont plus de soixante-dix femmes, pour la plupart des actrices, mannequins et salariées de la Compagnie Weinstein, qui ont déclaré avoir subi des agressions de la part de Harvey Weinstein.

 

 

8-9 juin

Vie politique
Économie

 

Le 44e Sommet du G7

Du 8 au 9 juin, au Québec, les sept chefs d’États et de gouvernements des pays membres de l’organisation pour la régulation collective de leurs pays se sont rencontrés dans le cadre du G7. Le Président Trump y est apparu isolé, après avoir annoncé qu’il souhaitait mettre en place des taxes sur certaines importations, notamment celles provenant de l’Union Européenne et du Canada ; un retour au protectionnisme et à l’isolationnisme qui suscite des inquiétudes.

En plus de ces tarifs et de cet isolement, le président Trump a lancé diverses attaques verbales contre ses alliés, les critiquant pour leur traitement “injuste” de sa nation, allant aussi loin que qualifier le Canada de menace contre la sécurité nationale du pays. Au cours de ce G7 la fracture entre les États-Unis et les autres pays membres s’est révélée béante, illustrée par la photo (devenue célèbre) prise pendant le sommet : le président Trump y apparaît les bras croisés, assis, seul face aux représentants des autres pays.

 

 

12 juin

Relations internationales

 

Sommet Trump-Kim: Quel est le bilan de cet événement historique?

Le 12 juin 2018, les chefs d’État de la Corée du Nord et des États-Unis se sont rencontrés à Singapour, après de nombreuses insultes et menaces jetées l’un à l’autre, des tests d’armes nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux, et une déclaration du président Trump le 24 mai que le sommet n’aura pas lieu, le tout devant un public international inquiet.

Vu l’hostilité entre les deux pays qui date des années 1950, cette rencontre est apparue comme un fait historique, et une opportunité réduire d’un cran la tension entre les deux pays, et favoriser le rapprochement entre les deux Corées.

Ce sommet est un symbole fort ; cependant, rien de concret n’a été décidé.

Dans la déclaration conjointe de M. Kim et de M. Trump, on trouve des termes ambigües qui incluent une promesse d’avancement dans les étapes de la dénucléarisation de la Corée du Nord. La déclaration n’inclut aucun calendrier précis, ni aucun protocole particulier ; ce vide sur le plan du contenu a été remarqué par la tous les commentateurs.

On peut néanmoins noter un changement dans le comportement du président Trump : le leader américain se montrant plus souple dans l’appréciation de la situation nord-coréenne.

 

« Entrées précédentes