Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  L’Amérique dans 10 ans : Mexique 

 

Renata Mayorquin, élève de terminale, Guadalajara

 

L´OMNIPRÉSENCE DE « SARGASSE » AU MEXIQUE

 

Selon le WTTC (World Travel and Tourism Council), en 2017 le secteur touristique représentait 16% du Produit Intérieur Brut Mexicain.  En augmentation de 2,8% par rapport à l´année antérieure, cette croissance n´est pas nouvelle : de 1977 à 2016, la production touristique a progressé de 77,3%, quand le PIB, lui, n’a augmenté que de 58,5%.

Chaque année, le secteur touristique est confronté à diverses problématiques, souvent d´origine naturelles telles que : la perte ou la disparition progressive des côtes maritimes, l´érosion qui dévore les plages et dernièrement, la présence massive d´algues brunes appelées « Sargasse ». Localisés sur toutes les plages des Caraïbes, elles sont devenues un désastre écologique et économique. Selon l´agence de presse espagnole EFE, les dépenses pour nettoyer les plages des hôtels de Cancún, Playa del Carmen et Tulum étaient de  1 million de pesos par mois (soit 43 000 euros).

Selon la chercheure titulaire de l´Institut des Sciences de la Mer et Limnologie, Brigitta Van Tussenbroek, l´algue brune vient de la mer des Sargasses située au nord-ouest de l´océan Atlantique. Celle-ci double sa biomasse en 18 jours et elle se reproduit plus rapidement avec le réchauffement climatique et la contamination de la mer (pesticides, déchets en plastique…). L´algue a commencé à apparaître sur les plages Caraïbes mexicaines dès 2015 mais les autorités l´ont cataloguée comme un événement atypique et n´ont rien fait. Cependant en 2018, la quantité d´algues a triplé en comparaison à celle de 2015.

Les autorités ont essayé de les combattre de diverses manières. Selon le Secrétaire de l´environnement de Quintana Roo, des activités de nettoyage des plages ont commencé en juin 2018 et aujourd’hui on estime que plus de 140 000 tonnes de sargasses ont été collectées. De plus, les camions de transport ne peuvent pas entrer sur les plages pour ramasser l´algue à cause des initiatives réalisées pour la protection des tortues. En 2018, une barrière de 8,3 km a été mise en place à Cancún pour essayer de retenir les algues avant leur arrivée sur les côtes. Plusieurs personnes ont essayé d´enterrer les algues dans le sable mais ils n´ont pas eu le résultat escomptés. Les algues ne se transforment pas en sable mais en matière organique, reviennent dans la mer et se multiplient.

Si les autorités mexicaines avaient pris les initiatives à temps  en 2015, le problème aurait pu être évité aujourd’hui ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, le phénomène fait peser une réelle menace pour le tourisme, attiré par les côtes Caraïbes et ses eaux turquoises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s