AFP’s Sebastian Smith: 

House Correspondent or International Ambassador?

M. FRAIJI, A. WHEATON-SCHOPP, A. BRULE, Washington DC

On  the  15th  of  April  2020,  we  had  the  opportunity  to  interview  Sebastian  Smith, a  white  house  correspondent  for  AFP.  This  encounter  allowed  us  to  learn  more about  Mr.Smith  and  the  inner-workings  of  his  job,  especially  during  this pandemic.  Always  looking  for  something  fresh,  Mr.Smith  has  lived  in  more  than 6  countries  around  the  world  covering  a  variety  of  subjects.  To  better  understand his  character,  he  brings  up  key  notions  that  are  particularly  important  to  him, including  the  role  of  journalism,  his  fundamental  values,  as  well  as  his  internal motivation to search for new information.

Interview with Sebastian Smith, May 8th, 2020


With  an  american father  and  german  mother, he  was  born  in  Spain  and will  go  on  to  perfectly embody  a  truly Multicultural journalist.

Immediately  after graduating  college  in  Great Britain  where  he  hadn’t even  studied  journalism,  he worked  for  several  small American  newspapers  in the  DMV  area.  He  learned everything  directly  in  the field,  especially  during  a seven-month  unpaid position  at  a  small newspaper  in  Washington. “It  was  a  bit  of  a coincidence  but  I  loved  it from  day  one  and  after that  I  dedicated  myself  to it” (our translation).

  Through  his  efforts,  he learns  to  love  learning  and develops  a  liking  for  his profession.  Demonstrating perseverance,  Mr.Smith tells  us  that  he  wrote  to newspapers  of  each  of  the 50  states  to  find  his  first jobs,  having  been  refused each  time.  He  added  that today,  there  is  fierce competition  for  these positions  and  that  this  way of  entering  the  profession is  difficult,  especially  due to  the  disappearance  of small  newspapers.  Now  a father,  he  lives  in Washington  DC  where  he is  a  White  House correspondent  for  AFP.

He’s  been  working there for  a  long  time,  admitting one  four-year  “freelance” break  in  which  he  wrote several  books.  Thanks  to AFP  and  its  expertise,  he continued  his  work  in many  countries,  such  as Brazil,  the  United  States, England,  Georgia,  Russia and France. 

THE THRILL OF DISCOVERY

From  covering  the Chechen-Russian  conflict, to  indegenous  tribes  in  the deep  forests  of  the Amazon,  to  the  political atmosphere  in  the  White house,  Sebastian  Smith notes  the  incredible “ variety ”  that  AFP  has allowed  him  to  explore  in the  journalistic  world. Naturally,  this  explains  his difficulty  to  choose  one specific  topic  or experience  that  he  is  most fond  of.  By  nostalgically recounting  some  of  his marking  encounters,  he finally  stumbles  upon  a perfect  answer :  “What  I like  the  most  is  when something  feels  new, when  you’re  discovering something” He  goes  on  to convey  the  added  sense  of importance  he  feels  when discovering  something  for the  first  time: “That  type of  work  is  extraordinary” It  was  then  that  we  truly understood  the  passion  that came  with  such  a profession,  his  eyes lit  up as  he  finally  put  into  words what  drove  him  as  a journalist:  the  thrill  of discovery.  Contrasting  this, he  lands  back  on  earth  to express  how “not  all journalism  is fascinating” ,  and  how lucky  he  feels  to  be  in  his position  at  AFP  with  all the  boring  bureaucratic journalism that exists. 

A DAY IN SEBASTIAN SMITH LIFE AND THE IMPACT OF COVID-19

Because  the  interview took  place  on  15  April 2020,  and  Covid-19  was  an immense  part  of  all  of  our lives,  we  were  particularly interested  in  knowing  the impact  of  the  pandemic  on his  work  at  AFP.  Mr.  Smith walked  us  through  a typical  day  as  a  White House  correspondent.

Every  day,  he  goes  early  to the  White  House  entrance and  spends  his  whole  day at  the  workstation  assigned to  them.  Sometimes  he’ll encounter  President Trump’s  assistants  who inform  him  of  his communications.

Additionally,  almost  every day,  he  and  a  small  group of  about  twenty  journalists are  called  to  attend  an event  (press  conference, announcement, photoshoot).  Normally,  the president  would  sign  a document,  make  a  little speech,  and  then  ask  other people  involved  to  speak. What  is  fascinating  to Mr.Smith  is  that  unlike other  presidents,  Donald Trump  turns  this  moment into  an  entire  press conference  that  can  take anywhere  from  20  minutes to  an  hour.  After  this, journalists  have  the opportunity  to  ask  him questions,  and  it  can  take anywhere  from  20  seconds to  20  minutes.  At this point,  Donald  Trump  can say  anything,  and  you never  know  what  to  expect because  he  deals  with several  different  unrelated topics.  He  answers  all  the questions  and  sometimes can  make  a  decision  in front  of  the  journalists, something  that  tends  to scare  his  assistants.  Yet, Mr.Smith’s  search  for information  does  not  end there,  in  the  middle  of  the presidential  campaign,  Mr. Smith  follows  the president  and  sometimes travels  with  him  to  attend his  “rallies”.  In  his  job,  he has  the  important responsibility  of  choosing which  information  will  be communicated.  Thus,  the journalist  sorts  information upon  acquiring  it.  Mr. Smith  argues  that  this  is  a part  of  the  job:  to  know what  is  new  and  important and  that  it  is  about  gaining experience  and  knowledge so  that  we  can  put  things  in context.  For  example, during  long,  important events,  like  a  press conference,  there  are  often 100  people  watching  at  the same  time,  all  with different  interests.  He  said it  is  teamwork,  but  later  the editors  would  sort  it  again.

Mr  Smith  shows  us  an example  of  this  during  the interview,  as  he  reads  a tweet  from  Donald  Trump, then  deciding  that  it  is  not interesting  to  write  about.

Today, because of COVID-19,  his  routine  has completely  changed.  For safety  and  health  reasons, as  well  as  social distancing,  AFP  has decided  not  to  send correspondents  to  the White  House  anymore.

The  journalist  now  has  the benefit  of  avoiding  direct interaction  with  the president,  yet  still surveilles  Twitter  for regular  updates  from  the president.  He  adds  that  due to  this  pandemic,  the information  being communicated  is monotone  and  that  other subjects,  such  as  the American  presidential elections, are left out. 

THE UNITED NATIONS, EXCEPT MORE FUN

In  such        an information-ridden  world, we  were  extremely interested  in  knowing  what Sebastian  Smith’s  take  was on  the  true  role  of Journalism.  We  started  by asking  him  how  he  viewed his  role  in  society,  and  how it’s  highlighted  in  times like  these.  Immediately, the  American  reporter turned  to  his  roots,  where  it all  began  for  him.  He describes  his  first  jobs  with enthusiasm  and  points  to the  fundamental  values that  he  was  taught  there  by older  colleagues.  “ One  of those  fundamental  values that  I’ve  always  retained was  that  the  journalist  is not  meant  to  be  the personality  in  the  story” This  particular  lesson’s conclusion  was  attractive to  him,  the  relative anonymity  that  journalism offered  and  the  selflessness that  came  with  it.  He opposes  this  idea  with present-day  mainstream media  such  as  MSNBC  or FOX  by  adding:  “ A  lot  of journalism  now  is  kinda like  a  business,  and  the product  that  they  are selling  is  an  opinion” .  He genuinely  thinks “this  is the  opposite  of  what journalism  is  meant  to be.  The  role  of journalism  is  to  relay  the information  by  asking questions”, not  selling news  by  sensationalizing  it for  the  mass.  We  wanted  to know  more  about  his  own organization’s  mission  as  a news  entity,  and  how  it positioned  itself  in  the landscape.  AFP,  like  many other  european  news agencies,  started  as  a state-funded  agency  which served  french  newspapers, and  french  people  only. However,  around  30  years ago,  and  during  the entirety  of  his  career, things  have  been  changing at  an  unprecedented  rate. While  AFP  is  still  based  in Paris,  and  is  very  popular in  France,  it  has  become  an extremely  international organization,  and  recently more  so  than  french  he adds.  It  currently  publishes in  6  Languages  for  readers around  the  world:  Spanish, French,  English,  Arabic, German  and  Portuguese. He  goes  on  to  highlight: “ If  you  go  into  any  AFP office  around  the  world, and  there’s  one  in  almost every  country  in  the world,  you  will  very  often find  someone  speaking French,  someone speaking  English, someone  speaking  the local  language,  and possibly  someone speaking  Spanish  and writing  in  all  these languages.  It’s  super international,  like  the United  Nations,  except more  fun” It’s  mission  has since  become  to  provide neutral  news  from  all  over the  world,  to  people  all over  the  world,  by international  newspapers. This  mission  differs  from the  mission  of  publishers for  “Le  Monde”  for example,  as  these  news agencies  write  specifically for  their  readers,  who  are often  easily  identifiable  as french  people  with  a particular  socio-economic background. There  are none  of  these  guides  at AFP,  it’s  quite  pure  in that sense”.

THANKS  

English being Mr.Smith’s preferred language, we decided to carry out the interview in both languages, French and English. As a result, we have translated this article in both languages to the best of our ability to suit our readers. This article would not have been made possible without the help of our teacher as well as our high-school’s librarians, not to mention the cooperation of Mr.Smith. We greatly appreciate his time and thank him for his detailed and engaging answers that guided our study. 

Sebastian Smith : Correspondant à la Maison Blanche pour l’AFP ou Ambassadeur International ?

M. FRAIJI, A. WHEATON-SCHOPP, A. BRULE, Washington DC

Le  15  avril  2020,  nous  avons  eu  l’opportunité  d’interviewer  M.  Smith,  correspondant  de  l’AFP  à  la Maison  Blanche.  A  cette  occasion  il  s’est  présenté  et  nous  a  expliqué  en  quoi  consistait  son  métier, notamment  pendant  la  pandémie  que  l’on  vit  en  ce  moment.  Toujours  à  la  recherche  du  nouveau,  M. Smith,  grâce  à  son  poste,  a  vécu  dans  plus  de  6  pays,  et  nous  invite  à  découvrir  son  parcours impressionnant.  Il  a  évoqué  plusieurs  notions  particulièrement  importantes  pour  mieux  le  comprendre; comme  celle  du  rôle  du  journalisme,  ses  valeurs  fondamentales  mais  aussi  de  sa  motivation  à  se procurer des informations. 

Entretien avec Sebastian Smith, le 8 mai 2020

Sebastian  Smith  est journaliste  depuis  26  ans, de  père  américain  et  de mère  anglaise  il  est  né  en Espagne  et  dès  la  fin  de  ses études  en  Grande Bretagne,  il  a  travaillé  pour plusieurs  petits  journaux americains.  Il  n’avait pourtant  pas  étudié  le journalisme  à  l’université. Il  a  tout  appris  directement sur  le  terrain,  notamment lors  d’un  emploi  non rémunéré  durant  7  mois dans  un  petit  journal  près de  Washington. “C’est  un peu  par  hasard  mais  j’ai aimé  depuis  le  premier jour  et  après  ça  je  m’y suis  consacré”. Par  le biai  de  ses  efforts,  il apprend  sans  cesse  et  se passionne  de  plus  en  plus pour  cette  profession. Faisant  preuve  de persévérance,  M.Smith nous  dit  qu’il  a  écrit  aux journaux  de  chacun  des  50 états  pour  trouver  ses premiers  postes,  s’étant  fait refusé  à  chaque  fois.  Il ajoute  qu’aujourd’hui,  il existe  une  compétition féroce  pour  ces  postes  et qu’il  est  désormais beaucoup  plus  difficile  de rentrer  dans  le  métier  de cette  manière-là, particulièrement  en  raison de  la  disparition  des petits  journaux. Aujourd’hui  père  de famille,  il  vit  à  Washington DC  où  il  occupe  le  poste de  correspondant  à  la Maison  blanche  pour l’AFP.  Cela  fait  longtemps qu’il  y  travaille,  avec  une période unique  de  quatre  ans  de “freelance”  durant  laquelle il  rédige  plusieurs  livres. Grace  à  l’AFP  et  ses compétences,  il  a  exercé son  métier  dans  de nombreux  pays,  comme  le Brésil,  les  Etats-Unis, l’Angleterre,  la  Géorgie,  la Russie et la France.

Le fruit de la découverte

Du  conflit en Tchétchénie,  aux  tribus indigènes  de  la  forêt amazonienne,  Sebastian Smith  a  beaucoup  voyagé. Aujourd’hui,  en  contact quotidien  avec  la  vie politique  de  la  Maison Blanche,  il  souligne l’incroyable  “variété”  du monde  journalistique  que l’AFP  lui  a permis  de découvrir.  Cela  explique son  dilemme  lorsqu’il  doit choisir  une  expérience  ou un  sujet  spécifique  préféré.

En  racontant  avec nostalgie  certaines  de  ses rencontres  marquantes  il parvient  enfin  à  une réponse  parfaite “Ce  que je  préfère  c’est  lorsque quelque  chose  me  paraît nouveau,  comme  si  je découvrais  quelque chose… Ce  type  de  travail est  extraordinaire” .  C’est à  ce  moment  là  que  nous comprenons  vraiment  la passion  dont  est  animé Sebastian  Smith,  Son visage  s’est  illuminé lorsqu’il  exprime  ce  qui  le pousse  en  tant  que journaliste  ;  l’exitation  de la  découverte.  Cependant, il  précise  que  tout  n’est  pas fascinant  et  qu’il  se  sent très  chanceux  d’occuper  sa place  à  l’AFP,  alors  que beaucoup  de  journalistes ont  un  travail bureaucratique  plus ennuyeux.

Un jour dans la vie de Sebastian Smith et l’impact du Covid-19

Etant  donné  que  l’on  a mené  l’interview  le  15 avril  2020,  nous  voulions savoir  comment  la pandémie  a  impacté  son travail  à  l’AFP.  Ensuite,  M. Smith  nous  a  raconté  une journée  typique  en  tant  que correspondant  à  la  Maison Blanche.  Chaque  jour,  il  se rend  tôt  à  la  Maison Blanche  et  passe  toute  sa journée  dans  les bureaux  réservés  aux journalistes.  Il  y  croise parfois  des  assistants  du président  Trump  qui l’informent  des communications  de celui-ci.  De  plus,  presque tous  les  jours,  il  fait  partie du  petit  groupe  d’une vingtaine  de  journalistes qui  assiste  aux  événements dans  le  bureau  ovale (conférence  de  presse, annonces,  photos).

Normalement,  le  président signe  et  fait  un  petit discours,  puis  il  demande  à d’autres  personnes impliquées  de  se prononcer.  Ce  qui  est fascinant  pour  Sebastian Smith  c’est  que  ça  n’a jamais  été  ainsi  avec  les autres  présidents,  Donald Trump  peut  convertir  ce moment  en  conférence  de presse  qui  peut  prendre  une heure.  Après  cela  les journalistes  ont  l’occasion de  lui  poser  des  questions et  cela  peut  durer  de  20 secondes  à  20  minutes.  À ce  moment  la,  Donald Trump  peut  dire “n’importe  quoi” , c’est-à-dire  qu’on  ne  sait jamais  à  quoi  s’attendre  car il  peut  avoir  envie d’aborder  les  sujets  les plus  variés.  Il  répond  à toutes  les  questions  et parfois,  peut  prendre  une décision  devant  les journalistes,  ce  qui  a tendance  à  effrayer  ses assistants.  Mais  le  rôle  de Sebastian  Smith  ne  s’arrête pas  là.  En  période  de campagne  présidentielle,  il suit  le  président  et  voyage même  parfois  avec  lui  pour assister  à  ses  “rallyes”, c’est-à-dire  ses  meetings politiques . En  tant  que journaliste,  sa responsabilité  est importante  parce  que  c’est lui  qui  choisit  comment traiter  une  information.  Par exemple,          lors d’événements  longs  et compliqués,  comme  une conférence  de  presse,  on peut  trouver  100  personnes qui  regardent  en  même temps,  toutes  avec  des intérêts  différents.

Effectivement ,  en  fonction du  journaliste  que  vous êtes  et  du  média  pour lequel  vous  travaillez,  un même  événement  n’aura pas  le  même  intérêt  pour tous  les  journalistes présents. Sebastian  Smith précise  que  c’est néanmoins  un  discours d’équipe,  et,  plus  tard,  les rédacteurs  trieront  à nouveau.  À  ce  moment  de l’interview,  Sebastian Smith  lit  un  tweet  de Donald  Trump,  mais décide  que  celui-ci  n’est pas  intéressant  à  traiter.

Aujourd’hui,  dû  au COVID-19,  sa  routine  a changé.  Pour  des  raisons de  sécurité  sanitaire  face  à l’obligation  de distanciation  sociale, l’AFP  a  décidé  de  ne  plus envoyer  ses  journalistes  à la  Maison  Blanche.  Cette interaction  directe  avec  le président  manque  au journaliste  mais  il  est désormais  un  fervent utilisateur  de  Twitter  et  suit tous  les  messages  de Donald  Trump  en  temps réel,  du  matin  au  soir.  Il pense  aussi  qu’en  raison  de la  pandémie,  les informations  à communiquer  sont  moins variées  et  que  l’on  laisse de  côté  d’autres  sujets, comme  les  élections présidentielles américaines.

Les Nations-Unies, en plus amusant

Dans  un  monde caractérisé  par  l’abondance d’informations,  nous  étions très  intéressés  par  l’avis  de Sebastian  Smith  sur  le  vrai rôle  du  journalisme.  Nous avons  commencé  par  lui demander  comment  il voyait  son  rôle  dans  la société,  et  comment celui-ci  était  mis  en  valeur dans  la  situation  actuelle.

Immédiatement,  le journaliste  américain  est revenu  sur  ses  pas,  à  ses origines  où  tout  à commencé  pour  lui.  Il décrit  ses  premiers  emplois avec  enthousiasme  et souligne  les  valeurs fondamentales  qui  lui  ont été  transmises  par  ses collègues  “ Une  des valeurs  fondamentales que  j’ai  retenues  depuis mes  débuts  est  que  “The journalist  should  not  be part  of  the  story” .  Cette leçon  morale  lui  plaisait, ainsi  que  l’anonymat relatif  que  le  journalisme offre  et  l’altruisme  qui l’accompagne.  Il  oppose cette  idée  aux  médias grand  public  d’aujourd’hui tels  que  MSNBC  ou  FOX en  ajoutant  “Beaucoup  de journaux  sont  aujourd’hui des  entreprises,  et  le produit  qu’ils  vendent  est une  opinion”.  Il  pense sincèrement;  “ c’est l’opposé  de  ce  que  le journalisme  est  censé être.  Le  rôle  du journalisme  est  de relayer  l’information  en posant  des  questions ”,  ne pas  les  vendre  en  les exagérant  pour  la  foule.

Nous  voulions  en  savoir plus  sur  la  mission  de  sa propre  organisation  en  tant qu’agence  de  presse  et  sur sa  position.  L’AFP,  Agence France  Presse,  comme plusieurs  autres  agences européennes,  était  à l’origine  financée  par l’Etat  pour  servir  les journaux  français seulement.  Cependant, depuis  environ  30  ans, cela  à  changé  de  façon importante.  Même  si  l’AFP a  son  siège  social  à  Paris  et reste  très  populaire  en France,  l’agence  est devenue  particulièrement internationale.  D’après  lui, elle  est  désormais  plus internationale  qu’elle  n’est française.  En  effet,  elle publie  dans  six  langues pour  des  lecteurs  partout dans  le  monde;  Espagnol, Francais,  Anglais,  Arabe, Allemand  et  Portuguais. Il précise; “si  vous  allez dans  n’importe  quel bureau  de  l’AFP,  et  il  y en  a  dans  presque  tous les  pays  du  monde,  vous trouverez  très  souvent quelqu’un  qui  parle Francais,  quelqu’un  qui parle  Anglais  et quelqu’un  qui  parle  la langue  locale,  parfois quelqu’un  parlant Espagnol,  écrivant  dans toutes  ces  langues.  C’est très  international,  comme les  Nations  Unies,  mais en  plus  amusant.” .  Sa mission  a  évolué  et aujourd’hui  elle communique  toujours  des informations,  de  façon neutre,  mais  sur  n’importe quel  endroit  du  globe  aux médias  internationaux.

Cette  mission  est  différente de  la  mission  des  éditeurs de  journaux  nationaux comme  “Le  Monde”,  car ceux-ci  écrivent uniquement  pour  leurs lecteurs,  comme  ici  ceux qui  se  reconnaissent comme  des  français  ayant des         opinions socio-économiques spécifiques.  “ Il  n’y  a aucune  de  ces  lignes directrices  à  l’AFP,  dans un  sens,  c’est  assez transparent ”. 

Remerciements

La  langue  maternelle de  M.  Smith  étant  l’anglais nous  avons  choisi  de mener  l’interview  dans  les deux  langues,  francais  et anglais.  Nous  avons  tenu  à adapter  cet  article  à  tous les  lecteurs  et  l’avons traduit  en  français  de  notre mieux.  Cet  article  n’aurait pas  pu  être  réalisé  sans l’aide  de  notre  professeure et  des professeures-documentalistes  du  lycée  ainsi  que  M.Smith,  que  nous remercions  pour  le  temps qu’il  nous  a  accordé  et l’intérêt  qu’il  a  porté  à  nos questions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s