La New wave de la musique chilienne

Infante Baltazar, Schmauk Lukas, Valparaiso

 

Ces trois dernières années, une nouvelle vague musicale déferle sur le chili, portée par de jeunes talents tels que Paloma Mami, Pablo Chil-e, Polima West Coast, Dref Quilla, au point qu’aujourd’hui, leur popularité déborde largement les frontières du pays.

 

Cette musique chilienne new wave s’inscrit dans différents courants, comme le Raggaeton bien sûr, le Rythm and blues, mais surtout le Trap EDM (un style de musique de dance electro, issu du Dirty South, ayant émergé au début des années 1990 dans le sud des États-Unis).

Les deux emblèmes de cette nouvelle génération sont incontestablement Paloma Mami et Pablito Chill-e.

En effet, Paloma Mami a déjà récolté 90 millions de vues en deux ans sur YouTube avec sa chanson “No te enamores”, et deux autres tubes, 60 millions de vues en seulement une année, notamment pour le populaire ” Not Steady”. Cette américano-chilienne a vécu à New York jusqu’à l’âge de 16 ans où elle a fait ses premiers pas au piano électrique dès l’âge de huit ans. Elle s’est aussi essayée à la peinture et au dessin. De retour au Chili à 16 ans, elle s’est vite illustrée dans une émission de télé « Rojo, el color del talento ». Aujourd’hui âgée de seulement 19 ans, elle a connu un succès foudroyant auprès des jeunes, avec des airs qui restent dans la tête.

Paloma Mami au festival musical “Lollapalooza”, mars 2019

Pablo Chill-e est un jeune “trapero”  , devenu populaire en participant à plusieurs « Freestyle ». Avec des rythmes résolument urbains, imprégnés de rap, mélodieux et contagieux, ils accrochent aussi avec des textes forts pour leurs critiques de la société traditionnelle, des inégalités ou de la pauvreté, des réalités dans lesquelles beaucoup de jeunes chiliens se reconnaissent. Leurs meilleurs morceaux musicaux  comme « My blood » enregistrent déjà 12 millions de vues sur You Tube, plus de 3 pour « Facts ».

Ainsi, cette New Wave est en train de faire sa place dans l’industrie musicale en Amérique latine, certes encore loin des artistes reconnus mondialement comme Luis Fonsi, Bad Bunny Daddy Yankee, Paulo Londra, par exemple ou des Thalia, Natti Natasha qui peuvent dépasser le milliard de vues sur YouTube.

Mais Paloma Mami, après sa sortie de « Fingias », a été remarquée par Spotify qui l’a mis en couverture de « Viva Latino », une play liste avec le meilleur de la musique de ce côté du monde. Sony Music Latin a signé un contrat avec  Paloma Mami et le producteur VH “El Virus” a enregistré les premières chansons de Pablo Chill-e, qui sont  rapidement parvenues à l’oreille des espagnols Yung Beef et Kaydy Cain.

Cela montre que le Chili est en train de réduire la distance avec les gros pourvoyeurs de l’industrie musicale latino que sont le Mexique, Porto Rico ou la Colombie, même s’il reste beaucoup à faire. Affaire à suivre…

 

Sources:https://publimetro.pe/entretenimiento/espectaculos/lollapalooza-2019-paloma-mami-colapso-lotus-stage-cerca-10-mil-personas-104836-noticia/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s