Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Mexique 

 

Daniel Kessler & Juan Pablo Rosado, élèves de Terminale, Mexico

 

La Ferme des Animaux Roses : la bataille contre l’inégalité au Mexique

 

À cause du harcèlement qui ne cesse d’augmenter, le gouvernement mexicain a mis en place des wagons exclusifs pour les femmes  dans le métro afin de réduire le harcèlement sexuel dans les transports publics.

 

La ferme des animaux d’Orwell montre une société dont le désir de se révolter finit par les condamner. Pour combattre une hausse de harcèlement sexuel dans le métro, le gouvernement a développé en 2004 les “wagons roses” : des wagons exclusifs pour femmes, enfants, personnes âgées et handicapés, dans le métro de la capitale. Ainsi, une multitude de wagons roses furent installés dans 6 différentes lignes du réseau métro mexicain. Cette brusque réponse a été un acte de désespoir pour se révolter contre le harcèlement qui exerce un “régime totalitaire” dans le métro. Le pays est, suivant la métaphore d’Orwell, une ferme oppressée par le règne de son fermier : le harcèlement. Dans cette représentation caricaturiste de la réalité l’auteur nous avertissait que certaines transformations sociales entraînent des conditions encore plus mauvaises qu’auparavant. Dans notre ferme, les wagons roses symbolisent une révolution, l’effort du peuple pour se libérer. La Révolution arrive : c’est la chasse du fermier, la séparation hommes-femmes. Par conséquent, les wagons roses sont une politique de désespoir qui tente d’éliminer la violence sexuelle dans le métro. Or, comme dans le roman, les cochons peuvent profiter de la situation et s’emparer de la ferme ; les wagons roses peuvent ne pas être entièrement efficaces et le harcèlement et la violence menacent de subsister.

                           Projet d’un vagon rose (vagón rosa) dans la ville de Mexico – photo CC BY

 

COMMENT EST-CE QUE LE MACHISME EST ARRIVÉ AU MÉTRO ?

Le machisme n’est pas une nouveauté dans le monde. Historiquement les hommes ont toujours traité les femmes injustement. Le machisme est encore une maladie internationale . D’après la Banque Mondiale, 70% des femmes dans le monde ont déjà été victimes d’un acte de violence. Au Mexique,  le pays est aujourd’hui en 4ème place pour le risque de violence sexuelle contre les femmes, d’après une étude du Huffington Post. Notre société trouve ses racines du machisme lors de l’évangélisation au XVIème siècle. La  religion catholique imposait la prédominance masculine. En exemple, une citation de Saint Paul « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur, parce que le mari est le chef de la femme ». Pour Aída Cerna, membre du Réseau des Réappropriations du Mexique, le machisme s’intègre dans la société Mexicaine dès l’éducation primaire. « L’inégalité entre hommes et femmes est implémentée dès l’éducation primaire. Les stéréotypes d’hommes et femmes sont définis très tôt. De plus, la socialisation Mexicaine montre que les femmes peuvent être harcelées sans conséquence. », selon l’activiste. Le machisme est une réalité quotidienne,   » où la violence contre les femmes est quelque chose de normal », ajoute-t-elle. Au lieu de combattre le machisme et le harcèlement, nous nous sommes habitués à la violence. Le harcèlement est donc devenu de plus en plus public : 9 sur 10 femmes utilisant le transport en commun ont déjà vécu du harcèlement sexuel dans la capitale du Mexique. Dans une ville de presque 9 millions d’habitants,  les 4.4 millions d’usagers par jour du métro s’entassent dans les wagons dont la capacité supposée ne dépasse pas le million. Ceci facilite davantage la violence sexuelle. Le machisme est donc une dictature dans la société mexicaine que le gouvernement a longtemps ignorée et négligée. Aujourd’hui, la ferme est asservie, elle est enchaînée dans la prison d’un régime machiste. Le désir de révolution est partagé par les milliers de femmes souffrant du harcèlement.

 

LA SÉPARATION EST- ELLE UNE SOLUTION EFFICACE ?

L´après veille de la révolution entraîne des conséquences diverses. Quelques unes montrant les bienfaits de l’installation des wagons roses, les autres mettant en évidence les origines du problème. D’une part, les wagons roses ont  diminué considérablement le risque de harcèlement homme-femme. Il y a eu une réduction de 26% des agressions sexuelles dans le métro grâce aux wagons roses. Aída Cerna nous explique qu’en outre « quand une femme rentre dans un wagon rose elle se sent beaucoup plus sûre. Psychologiquement c’est très positif pour la morale des femmes ». Il est donc évident que les wagons roses produisent des résultats positifs que le peuple, notamment les femmes, approuve. Logiquement, si les hommes et les femmes sont séparés, les hommes auront moins de possibilités d’agresser sexuellement les femmes. Mais les animaux ne peuvent pas ignorer que des menaces persistent. Le harcèlement existe toujours.  Cette séparation n’est pas une solution viable à long terme. Les wagons roses ne peuvent pas réaliser un changement structurel de culture, de croyances et de mentalité qui sont si profondément intégrés dans notre société. Les wagons roses n’éduquent pas mais mettent seulement en évidence des fortes inégalités présentes dans notre société.

La séparation a légèrement réduit la violence mais elle n’a pas changé le comportement des hommes ni celui des femmes. Il faudrait donc changer la mentalité de la société, en commençant par l’éducation et la redéfinition des valeurs. Pour Aída Cerna « la séparation dans les transports en commun n’est pas une solution permanente. Quand le comportement des hommes change on retournera à la vie d’une société normale. ». L’espoir existe donc, le Mexique est un pays qui est entrain de se moderniser. Les inégalités dans le travail et la politique se réduisent. Par exemple : en 2003 les femmes ne représentaient que 20% du sénat et de la chambre de députés respectivement. Aujourd’hui les femmes représentent presque 50% du congrès. Il y a du progrès quant à la réduction des écarts d’inégalité et ainsi que celle de la discrimination contre les femmes. L’objectif à atteindre est d’apprendre à l’homme et à la femme comment vivre ensemble dans la société Mexicaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s