Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  L’Amérique dans 10 ans : Mexique 

 

Sofía Cuazitl, María Garcin, et Camila Palomar, élèves de Terminale, Guadalajara

 

The lake Chapala society

 

Le Mexique est aujourd’hui la 15éme puissance économique mondiale, c’est un pays en plein développement économique ce qui attire beaucoup de migrants des quatre coins du monde, pauvres ou riches. On  aimerait estimer que dans dix ans, en 2028, le Mexique serait la 10ème puissance économique mondiale. Le territoire mexicain d’aujourd’hui serait très divers. De même, on pourrait trouver la culture mexicaine de plus en plus présente ailleurs. 10 ans c’est une période de temps suffisante pendant laquelle de grands changements pourraient être effectués.

 

Un des avantages que possède le pays est une attraction pour d’autres cultures, et, depuis des siècles, le Mexique a été un pays qui ouvre facilement ses frontières. Un des exemples pour illustrer cela serait la vague d’espagnols accueillis au Mexique lors de la Guerre Civile Espagnole (1936-1939) sous le pouvoir du président Lázaro Cárdenas (1936-1940).  Notre pays a ouvert ses portes aux réfugiés qui comprenaient notamment des artistes, des scientifiques et des intellectuels espagnols, ce qui a été une source importante pour le développement du pays. Diego Martinez Barrio, président de la République espagnole pendant l’exil a dit: “Los emigrados amamos a este país con el caudaloso y violento amor con que amamos al nuestro propio, sin distingos ya entre uno y otro”, ce qui veut dire; “Les immigrés, nous aimons ce pays d’un amour puissant et violent avec lequel on aime le nôtre, sans aujourd’hui faire la différence entre l’un ou l’autre”. Nous estimons alors que dans dix ans, ces types de migrations et cette manière d’accueillir les étrangers continuera et contribuera notamment à la croissance de notre pays et à sa diversification.

D’autre part au XXème siècle notre pays a accueilli de nombreux réfugiés politiques des pays sud-américains notamment par la présence des dictatures. Ces flux migratoires latino-américains sont toujours présents même si les causes sont autres. Le Mexique est considéré comme un pays de passage pour les migrants souhaitant entrer aux États-Unis (ex : la caravane des migrants de provenance hondurienne en 2018). Le pouvoir du Président Donald Trump, qui souhaite fermer complètement les portes à ces vagues migratoires, fait que le Mexique soit de plus en plus considéré comme pays d’accueil. On estime que cela va s’accroître dans les années à venir, à la suite du développement économique qui attirera davantage de personnes en quête d’opportunités. Le Mexique prendra donc une position cohérente; ne pas discriminer ou exclure les migrants, une position qui devrait être évidente pour tous dans un monde qui se diversifie de plus en plus.

 

On doit savoir que le Mexique est considéré comme un pays « mégadivers ». Il fait partie du groupe des nations qui ont la plus grande variété de faune et de flore: 70% de la diversité mondiale. La déclaration de Cancún (2002), a créé le “Groupe des pays Mégadivers” pour coopérer sur les priorités de préservation et d’utilisation durable de la diversité biologique.

D’ailleurs on peut s’imaginer que les étrangers sont attirés par cette biodiversité et profitent du climat et de la nature exceptionnels du pays. Des communautés étrangères installées au Mexique existent déjà; comme au lac de Chapala à Jalisco, où se trouve la plus grande communauté états-unienne du monde en dehors de leur pays. Selon “The Lake Chapala Society”, aux alentours de 10 000 étrangers résident auprès du lac et le nombre va s’accroître encore les années à venir par le “boom” des personnes retraitées qui cherchent un exil calme et chaleureux. Cette communauté regroupe un grand nombre d’étrangers (surtout américains et canadiens) et se situe à 50km, et près de 40 minutes de trajet en voiture de la ville de Guadalajara. Le mélange entre la culture mexicaine et les cultures étrangères, notamment américaine, est très présent. La plupart des affiches, des publicités, des noms de restaurants sont écrits en espagnol comme en anglais et il existe même des magasins remplis de produits importés pour assurer qu’ils puissent trouver presque les mêmes choses que chez eux. Ces personnes sont notamment attirées par la différence de pouvoir d’achat entre le Mexique et les États-Unis puisqu’ils obtiennent leurs pensions en dollars. De même, par le climat (température moyenne de 19 degrés), les fêtes traditionnelles, la gastronomie, les services médicaux et dentaires qui sont moins chers et la communauté internationale qui existe déjà, les américains profitent pleinement de ce lieu. Il est intéressant de voir comment ces personnes sont attirées par le Mexique pour des raisons économiques comme le sont les mexicains qui partent aux États-Unis.

 

Selon International Community Foundation (ICF), il n’est pas insensé d’estimer à environ 2 millions d’expatriés à l’intérieur de notre pays. Ils estiment aussi qu’ils contribuent avec 15 à 18 milliards de dollars annuels à l’économie où ils s’installent. Les plus attirés par le pays sont les retraités. On les trouve principalement à Los Cabos, en Basse Californie, à Mazatlan, à San Miguel de Allende, Guanajuato mais principalement à Chapala, Jalisco.

 

D’autre part,  on peut expliquer cette augmentation de migrants par la bienveillance des habitants mexicains, qui créent une ambiance agréable pour les étrangers. On observe que les européens sont de plus en plus attirés par ce pays: les immigrés espagnols, sont le groupe le plus important, suivi par les français, les allemands, et les italiens. Les asiatiques, notamment les chinois, ont triplé leur présence et il y a 12 fois plus de coréens qu’avant. On illustre ainsi la diversité et le multiculturalisme qui caractérise la société et la nation mexicaine. En général les jeunes préfèrent les grandes villes comme la Ciudad de Mexico, Guadalajara, Monterrey, Veracruz… On imagine que dans 10 ans avec l’amélioration de notre économie, l’immigration doublera et notre culture continuera à avoir les portes ouvertes pour le monde. Il ne faut pas oublier que la migration s’accompagne toujours des échanges entre connaissances, cultures et opinions quelles que soient leurs origines.

 

 

Dans 10 ans, on espère pouvoir voir un Mexique dans une meilleure situation économique, et qui grâce aux vagues migratoires, pourrait évoluer positivement.

Les frontières deviendront floues, et les déplacements d’un lieu à un autre seront de plus en plus nombreux. Le Mexique aura un impact plus important sur l’ensemble de la planète. Le phénomène de la migration est  probablement aussi ancien que l’humanité elle-même, ce qui nous montre que ceci va avec la nature humaine. Le Mexique aura l’opportunité d’exploiter tous les aspects positifs que la migration et la mondialisation ont, comme il le fait déjà à Chapala, lieu de plus en plus internationalisé. Et comme s’exprime Diego Martinez Barrio, cité préalablement, les sentiments d’appartenance vont aller au-delà des frontières et de l’origine de chaque personne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s