Dossier spécial dixième anniversaire 2009-2018

  Dix ans en Amérique : Colombie 

 

Darius Harnisch, élève de Première, Bogotá

 

La crise diplomatique “des Andes” de 2008 entre la Colombie, l’Équateur et le Venezuela

 

Le 1er mars 2008, l’armée colombienne a lancé une attaque contre les FARC , organisation révolutionnaire terroriste d’origine colombienne qui luttait contre son gouvernement, dans la région frontalière entre la Colombie et l’Équateur, et qui s’est soldée par la mort de quelques 19 guérilleros, dont le commandant en second du groupe, Raul Reyes, et un soldat colombien. L’attaque visait un camp de guérilla situé à 1,8 km à l’intérieur du territoire équatorien.

L’histoire de l’Amérique latine est profondément marquée par des conflits territoriaux entre états souverains, c’est une histoire confuse,, marquée par des guerres et la formation d’empires, comme la “Gran Colombia” de Simon Bolivar qui réunissait ces trois patries fraternelles. Aujourd’hui, il y a toujours des tensions frontalières, idéologiques, politiques et militaires entre chacun de ces trois pays aux couleurs jaune, bleue et rouge.

Le gouvernement de l’Equateur, à l’époque, représenté par Rafael Correa et son alliance avec différents partis de gauche était fortement opposé au gouvernement colombien de droite, voire de droite radicale d’Alvaro Uribe. Deux pays démocratiques malgré tout, voisins directs ou indirects de la République Bolivarienne Socialiste du Venezuela, moins démocratique et son dirigeant, Hugo Chavez.

La situation était donc déjà fortement problématique par les différentes orientations politiques des gouvernements, mais l’invasion accidentelle des soldats colombiens en territoire équatorien fut, en effet, la goutte qui a fait déborder le vase de la normalité diplomatique du voisinage colombien.

 

Dénommée “Guerre Froide des Andes” par des spécialistes européens, cette crise diplomatique représentait grossièrement une succession de disputes verbales, de malentendus, de menaces et d’exagérations entre chefs d’états. Le président colombien, Álvaro Uribe, a appelé le président équatorien Rafael Correa, comme dans un scénario de type  “téléphone rouge”, affirmant que les forces colombiennes avaient franchi la frontière au cours de combats à la poursuite des soldats de l’organisation “terroriste”, selon Uribe, des FARC (Forces Armées de Révolution Colombienne). Correa, ouvertement opposé au gouvernement d’Uribe et méprisant ses actions en tant que président de droite radicale,  a déclaré qu’il enquêterait sur les événements. Par la suite, il a accusé le président colombien de l’avoir  mal informé ou de lui avoir menti.

 

Mais pourquoi attaquer quelqu’un qui s’excuse déjà formellement auprès de vous? A part l’opposition idéologique apparente entre gouvernements des deux états, Correa avait-il d’autres motivations pour dénoncer les actes de l’armée Colombienne?

 

L’accusation était basée sur les informations fournies par l’armée équatorienne dans la zone bombardée, décrivant ce que Correa a appelé plus tard un « massacre » des soldats révolutionnaires. Selon le président équatorien, des corps vêtus de sous-vêtements ou de pyjamas auraient été retrouvés dans le camp des guérilleros, ce qui indiquait  directement qu’ils dormaient au moment du bombardement aérien (et non lors d’une attaque au sol) et qu’il n’y avait pas eu de « poursuites » comme l’avait informé le président Uribe quelques heures plus tôt.

 

Correa laissait apparaître sa rancune, mais après tout, sa motivation était justifiée,  car son pays avec clairement été attaqué, d’une certaine manière. L’armée colombienne n’avait absolument pas le droit de franchir la frontière.  Normalement, c’était un acte de guerre et une flagrante offense à l’Équateur. Cependant, si cela était  pour défendre sa propre patrie contre une organisation terroriste, les causes et effets de cette attaque colombienne devraient-ils être mis en perspective et reconsidérés par Correa?

 

Les informations autour de cette affaire sont restées confuses. Les reportages à contenu subjectif ont été influencés par les différents pays et selon leurs affiliations politiques. Tout de même, le déroulement de base est connu, ou au moins un scénario de celui-ci: les soldats colombiens ont franchi la frontière de l’Équateur. Ce qui était  une violation de la souveraineté de l’Équateur. Mais le problème n’était pas pour autant  réglé car il fallait s’interroger sur l’essence du groupe révolutionnaire qui était à l’origine de cette guerre et qui a lutté pendant 50 ans contre le gouvernement colombien. Les FARC pouvaient-ils être qualifiés de terroristes et quelles relations ce mouvement communiste entretenait-il avec le gouvernement de gauche de l’Équateur?

 

Après ses accusations et plaintes envers la Colombie, le président équatorien a alors décidé de rappeler son ambassadeur à Bogotá pour des consultations. Le gouvernement colombien a par la suite présenté ses excuses pour ses actes mais a pourtant accusé le gouvernement équatorien de servir de base arrière pour les FARC.

L’Organisation des États américains a autorisé une mission Colombie-Équateur qui proposait ses bons offices pour promouvoir le rétablissement de la confiance entre les deux gouvernements ainsi que la  prévention et la vérification de tout incident frontalier.

 

Alors que l’on pensait la crise résolue, un autre acteur fit son apparition, en la personne du président du Venezuela, Hugo Chavez. Par opportunisme, il vit dans cette affaire une occasion pour dénoncer son “ennemi idéologique”, le président de la Colombie. Hugo Chávez, a déclaré que si la Colombie lançait une opération similaire à l’intérieur des frontières du Venezuela, il la considérerait comme un casus belli, donc un acte qui causerait directement la guerre, et attaquerait en riposte la  Colombie. Dans la foulée, Chávez a envoyé dix bataillons de la garde nationale vénézuélienne à la frontière entre la Colombie et le Venezuela et a fermé son ambassade à Bogotá. Percevant une opportunité d’alliance et d’amitié avec un pays voisin, Chávez a également offert son soutien au président équatorien Correa.

 

Il faut rappeler que tout cela s’est fait en l’espace de deux jours, mais l’affaire était loin d’être finie. Les relations diplomatiques avec les voisins plus proches de la Colombie se sont donc aggravées considérablement par la suite. Mais le gouvernement colombien trouva une manière de se défendre et de retourner le débat contre l’Équateur et le Venezuela.

Lors d’une conférence de presse tenue le 3 mars 2008, le chef de la police nationale colombienne, Oscar Naranjo, a déclaré que leurs services de renseignement avaient retrouvés trois ordinateurs de Raúl Reyes contenant des informations détaillées établissant une relation étroite entre les FARC et les gouvernements de Hugo Chávez et Rafael Correa. Le chef de la police a expliqué que ces documents prouvaient que le gouvernement équatorien avait convenu avec le général des FARC, Reyes, de lui fournir un sauf-conduit sur le territoire équatorien. Il a également accusé le Venezuela d’avoir prévu de déstabiliser le gouvernement colombien et de fournir de l’uranium aux FARC pour produire une bombe.

 

Une grave crise diplomatique entre les trois gouvernements  émergea à la suite de ces évènements.
En réponse à l’attaque très audacieuse du gouvernement colombien, le gouvernement équatorien nia clairement ces affirmations, en dénonçant la méconnaissance du gouvernement colombien sur les relations entretenues avec les FARC, à visée purement humanitaires, selon lui.

Le gouvernement vénézuélien, à son tour, a rejeté les accusations en disant de manière sarcastique que, de ces ordinateurs sortirait chaque document que le gouvernement colombien jugerait nécessaire.

Lors d’une visite au Brésil, Correa essaya de convoquer la scène internationale comme juge, en faisant une comparaison avec la France. Correa souligna que le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, était également en contact avec les FARC, sans que personne ne songe à l’accuser d’une quelconque complaisance à leur égard.

Le doute a persisté sur le véritable contenu des ordinateurs, néanmoins certaines informations auraient aidé l’armée colombienne à éliminer deux généraux des FARC.

 

En réponse à la crise, le gouvernement équatorien de Rafael Correa a décidé de mettre fin à toute relation diplomatique avec la Colombie. Il ordonna la fermeture de l’ambassade équatorienne en Colombie l’expulsion de l’ambassadeur de Colombie. L’équateur a porté plainte contre la Colombie devant les instances juridiques de l’organisation des états américains, ainsi que des familles équatoriennes, qui accusaient l’armée colombienne d’avoir assassiné des équatoriens.

 

Cet événement fut désastreux pour les relations bilatérales des deux pays. La Colombie et sa politique extérieure sont restées marquées par le scepticisme vis à vis des informations et des motivations des gouvernements alentours. Avec une relation déjà difficile avec ses voisins à l’est, le gouvernement d’Uribe subit encore la perte de confiance d’un allié historique au Sud, et cela a plombé les relations régionales pendant une dizaine d’année Ces évènements ont également eu des répercussions internes en aggravant les tensions et la guerre civile.

 

La crise diplomatique des Andes fut réglée par l’administration du président Santos, et l’année dernière, la plainte équatorienne a été retirée de la cour inter-américaine de justice. Cependant, les relations sont restées tendues entre la Colombie et le Venezuela.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s