Migrations mexicaines aux États-Unis: quels effets économiques ?

Juliette Lassus, Washington DC 

 

« Le Mexique en fait très peu, si ce n’est RIEN, pour empêcher les gens d’entrer au Mexique par sa frontière sud, puis aux États-Unis » tweetait le président Américain Donald Trump le 1er Avril 2018.

Le Mexique est considéré comme un pays émergent, c’est un pays plutôt riche (12eme PIB mondial), participant à des accords commerciaux importants comme l’ALENA (Accord de Libre Échange Nord Américain) qui facilitent les relations économiques avec les autres pays. Alors, pourquoi une émigration  massive et pourquoi vers les États-Unis ?

 

À partir de 1950 et jusqu’en 1975 le pays a subi une forte explosion démographique. En effet, la population est passée de 27,7 à 60,7 millions selon l’ONU.

Les richesses créées sont certes importantes mais sont principalement dues à l’économie souterraine, dite informelle qui représente 32% du PIB. Les salaires sont faibles, même dans les grandes entreprises multinationales qui ont tendance à payer plus que le revenu minimum. Le revenu disponible par habitant est en comparaison extrêmement inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE ( Organisation for Economic Co-operation and Development ): 13 891 USD par an contre 30 563 USD.

On entend beaucoup parler dans l’actualité d’une “invasion” mexicaine. Il faut savoir qu’ils   constituaient 11.2% de la population américains et 63.2% de tous les immigrés hispaniques et latinos en 2016.

 

Concrètement, quels impacts sur l’emploi aux États-Unis ?

 

Au départ, la main d’œuvre mexicaine a répondu à une forte croissance de la demande d’emplois faiblement qualifiés dans des domaines tels que l’agriculture, l’industrie, les chantiers de constructions. Puis, les familles se sont installées. Les mexicains sont devenus, avec le temps, une main d’œuvre indispensable pour certains métiers et contribuent à hauteur de 8% du PIB. Cette arrivée massive de travailleurs non qualifiés sur le marché américain a fait baisser leur salaire moyen de 5%. L’offre de travail ayant augmenté, les employeurs en profite davantage.

Comme le montre le graphique, un élément très important caractérise cette population d’immigrés : le faible taux de diplômés.

 

Selon une étude conduite par The United States Census Bureau en 2010, seulement 40% des  immigrés mexicains finissent les études secondaires avec un diplôme. 60% doivent donc se tourner vers des métiers accessibles sans cette certification. De même, l’OCDE en 2009 souligne que 90% des immigrés mexicains sur la côte ouest occupent un emploi peu qualifié ; nettoyage, bâtiment, production et agriculture. Ce chiffre est néanmoins en baisse constante depuis 2008 ce qui peut être vu comme une des conséquences de la création d’une classe moyenne Mexicaine-Américaine.

Le cas le plus frappant : la Californie, l’Etat où les Mexicains représentaient  35.7% de la population active sur le marché de l’emploi (août 2018). En dépit de leur rôle clé, on constate une très forte différence de salaires comparé aux  natifs : un écart d’environ 24% (60,100$ comparé à 79,000$). Contrairement à certaines affirmations, la présence de cette nouvelle population n’empiète pas sur les salaires américains.  Même si cela reste une énorme inégalité, les revenus restent beaucoup plus élevés que les salaires moyens mexicains. En revanche il est clair que certains employeurs ont une préférence pour ces salariés immigrés moins coûteux : 20 salariés mexicains coûtent en moyenne moins cher à l’employeur que 15 salariés américains.

 

Pour résumer, sans les Mexicains la Californie serait en manque de main d’œuvre, ce qui constituerait un lourd handicap pour le secteur agricole  notamment. L’immigration suscite un débat vif aux États-Unis, cependant, la présence des nombreux immigrés mexicains profite énormément à l’économie américaine et à son fonctionnement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s