Les indiens koguis, gardiens du monde

Judith Parenti, Laura Cardenas, Bogotá 

 

Les indiens koguis sont un des quatre peuples indigènes vivant dans la Sierra Nevada de Santa Marta, un parc national naturel colombien situé au nord de la Colombie, plus précisément dans une chaîne de montagnes longeant la côte caraïbe colombienne. Elle abrite donc quatre civilisations: les Koguis, les Wiwas, les Arhuacos et les Kankuamos. Ce peuple est connu comme étant celui dont la culture est la mieux préservée des quatre, et c’est également le peuple qui habite actuellement sur la zone de la si renommée Ciudad Perdida (en francais, la cité perdue).

 

Leur histoire

Les indiens koguis sont les descendants, comme les trois autres peuples, d’une grande civilisation précolombienne: les Tayronas. Ces derniers étaient une civilisation vivant sur le littoral, notamment dans l’actuelle ville de Santa Marta et celle de Palomino, qui est caractérisée par son grand intérêt pour le respect et la protection de la nature. Cette civilisation est connue également pour ses capacités architecturales surprenantes: c’est elle qui a fondé la si connue Ciudad perdida, soit la cité perdue, ainsi que bien d’autres constructions, qui ont été malheureusement détruites par des pilleurs à la recherche d’or…

Cette mémorable civilisation s’est cependant, lors de l’arrivée des espagnols, retrouvée en danger, ce qui a causé la séparation en quatre nouveaux peuples de cette civilisation. En effet, les espagnols avaient pour but d’exploiter ces indigènes et de les convertir au christianisme, ce qui a été très mal reçu par les Tayronas, qui ont commencé à avoir des tensions avec les espagnols. Sous le risque d’être convertis, ils se sont progressivement enfuis dans les montagnes de la sierra, dans des zones de plus en plus isolées, afin d’être justement isolés des espagnols. En s’enfuyant, la civilisation s’est donc divisée en quatre peuples, dont le peuple kogui.

La culture kogui

 

D’après la légende, ces quatre peuples auraient un père, nomme Serankua, qui aurait créé quatre maisons dans la Sierra: une pour chaque peuple. Ces quatre peuples auraient pour mission de protéger la Sierra Nevada de Santa Marta, considérée comme le cœur du monde. En effet, pour les koguis, le monde serait un corps dont la Sierra serait le cœur. Il leur est donc indispensable de s’en occuper soigneusement, afin de ne pas détruire l’équilibre du monde. Ils considèrent que tout ce qui compose le monde est une partie du corps: les rivières seraient les veines, entre autres.

Les koguis sont polythéistes, mais leur principal dieu est le dieu Seneca, le dieu de la nature. Afin de le respecter, ils réalisent de nombreuses offrandes pour n’importe quelle atteinte à la nature qu’ils font: lorsqu’ils tuent un animal, lorsqu’ils entrent dans des vallées sacrées, lorsqu’ils cultivent, entre autre. C’est leur façon de remercier leur dieu de tout ce qu’il leur donne, et également un moyen de se faire pardonner car ils modifient l’équilibre de la nature.

Pour eux, n’importe quelle catastrophe naturelle serait un signe que leur dieu n’est pas satisfait et que l’équilibre du monde se détériore. Ils sont donc assez superstitieux et sont constamment préoccupés par l’état de la nature, et par l’approbation de leur dieu.

Le peuple Kogui possède deux chefs, appelés les mamos: un spirituel et un politique. Ces derniers sont responsables du bon fonctionnement de leur société, et sont également les responsables de la transmission des traditions aux générations plus jeunes: ce sont eux qui forment les futurs mamos, et eux qui distribuent le fameux poporo (objet typique donné aux hommes pour symboliser le passage de l’enfance à l’âge adulte).

 

La médecine kogui

Les Koguis ont une vision de la douleur très spirituelle puisque dans leur culture c’est leur Déesse Seneca (la terre) qui doit survenir à tous leurs besoins. Pour ce peuple, les maladies sont une punition divine et pour les traiter, ils utilisent leur médecine traditionnelle, basé sur les plantes, dont la feuille de coca est la plus puissante. Toute la médecine est contrôlée par le Mamo, le guide spirituelle de la communauté. Il est chargé de soigner les maladies et il est presque le seul à savoir comment le faire. Cependant, le gouvernement Colombien, préoccupé par la santé des communautés de La Sierra Nevada de Santa Marta, a construit un hôpital destiné exclusivement aux indigènes. C’est donc le Mamo qui décide qui va à l’hôpital (les maladies graves) et qui est soigné par la médecine traditionnelle (le plus souvent).

 

Les koguis aujourd’hui

Actuellement, le peuple kogui est le peuple dont la culture a été la mieux conservée parmi les quatre peuples indigènes vivant à la Sierra. Les koguis sont très immergés dans leurs croyances et les en défaire paraît impossible tellement ils sont fidèles à leur dieu. Ils évitent et ignorent généralement la présence moderne, soit les paysans locaux et les touristes. Nombreux sont ceux qui ne parlent même pas espagnol, ils parlent leur propre langue, ce qui accentue le manque de communication avec les touristes. C’est un peuple très pacifiste, c’est à dire qu’ils  disent non à la violence et veulent toujours régler les conflits par la parole, et ils n’aiment pas le désordre.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s