L’acculturation des peuples indigènes.

Isabela Borrero, Bogotá

La culture est l’ensemble des traits spirituels, matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social et donc ce qui les différencie de tous les autres. Avec un monde en mouvement rapide, les cultures évoluent aussi. L’accès à l’information est moins exclusif, le transport entre les villes, les pays et même les continents est de plus en plus facile. C’est pour cela que l’acculturation des peuples (définie par un processus de modification culturel, par lequel un groupe ou un individu assimile une culture différente, qui lui est étrangère) est un phénomène inévitable. L’évolution du monde  s’accompagne de l’évolution des traditions, des changements des modes de vie, des coutumes…

Indigènes de la communauté Tikuna, Valencia, dans l’Amazonie colombienne, décembre 2016

Les différences entre les cultures sont souvent un sujet d’intérêt pour la plupart des gens. Les personnes voyagent pour s’imprégner de différentes cultures, élargir leurs connaissances, ouvrir leur esprit à des mondes différents, d’où un fort attrait touristique de la région de l’Amazonie.

C’est une région très attractive à cause de sa localisation géographique: son climat, sa richesse en faune et flore, les paysages… mais aussi la présence de communautés indigènes avec une culture et des traditions encore préservées. Grâce à un voyage effectué il y a quelques semaines, je me suis rendu compte que l’acculturation de ces peuples était évidente, mais elle continue  à attirer des touristes.

Comme le tourisme apporte un avantage économique important pour les différentes communautés, ils essayent de conserver leurs traditions tout en sachant que ce n’est plus comme avant, que tout a changé. C’est à dire, ils essayent de maintenir leurs traditions et pour cela ils créent toute une mise en scène, c’est une culture artificielle. Pour conserver cette illusion, ils présentent aux touristes des traditions qui n’existent plus, des modes de vie qui ne sont plus ceux d’aujourd’hui, des valeurs auxquelles ils ne croient même pas.

Pour illustrer cette idée, un jour de mon voyage j’ai établi une conversation avec un  maloquero. Un maloquero est un homme âgé qui est chargé de la maloca (une maison ancestrale où habite une communauté). Ce titre a une grande importance et il est symbole de sagesse, de connaissances et de puissance… il est fortement respecté par tous les intégrants de la maloca. Je ne connaissais rien de leur culture et donc j’ai dû demander tous les détails; quelle était leur religion, comment avaient lieu les mariages, comment étaient vues les relations sexuelles, l’importance et la présence de l’argent et des biens matériels chez eux, leurs modes de vie, etc.

Il m’a toute expliqué, il m’a raconté comment fonctionnait leur religion, leurs croyances, complètement éloignés du christianisme mais par contre il portait une croix au cou. Il m’expliquait également l’importance de sa place dans la communauté, le respect avec lequel les personnes de la communauté devaient s’adresser à lui. Telle était son importance qu’un guide m’a dit que pour m’adresser à lui je devais lui offrir un petit cadeau, comme du tabac ou une cigarette. Mais une demi-heure après, quand notre conversation était finie, il rigolait avec les gens de la communauté, ils se faisaient de blagues plutôt vulgaires et il partageait avec eux comme si leur place dans la pyramide hiérarchique s’était effacée en un clin d’œil. Il m’expliquait leurs valeurs, l’importance du respect, de l’esprit, le détachement des biens matériels, de l’argent, il disait que les touristes étaient bienvenus chez lui car son intérêt était uniquement de transmettre des connaissances. Je n’ai pu pas éviter de lui demander s’il allait recevoir des revenus économiques après notre visite, il a simplement baissé les yeux et répondu “oui” puis il a insisté: “mais mon seul intérêt est de transmettre des connaissances”. Je pourrais ajouter le fait que pendant cette conversation, on était assis sur des chaises rimax, il avait une casquette Nike, une petite horloge et des bluejeans.

Le lendemain on est allés visiter une autre communauté et faire un tour pour voir leur façon de travailler l’artisanat. On arrivait à une maison, on voyait à la femme en train de faire des bracelets, elle nous offrait des bracelets et on repartait. Ensuite, on arrivait à la maison suivante, on voyait  quelqu’un en train de peindre des céramiques, il nous offrait ses céramiques et on repartait et ainsi pendant une demi-heure ou plus. On les observait comme quand on observe une sculpture, sans aucune interaction avec eux, comme s’ils étaient des êtres sans vie, complètement éloignés de leur forme humaine. C’était seulement voir un petit enfant indigène, pour prendre une photo d’eux, comme quand on prend une photo d’un petit ourson au zoo. C’est cette superficialité de la part des touristes ainsi que celle de la part des indigènes qui m’a choquée  par rapport aux valeurs qui nous ont été présentées tout au long de notre visite.

Pour conclure, d’un point de vue purement personnel, je trouverais mieux de continuer à promouvoir cette éducation, cette transmission des autres cultures mais sans essayer de faire croire au monde que cela continue à être comme cela quelques centaines d’années  plus tard. C’est à dire, ce serait bien que les indigènes qui travaillent avec le  tourisme, continuent à jouer, à danser, à présenter les coutumes, à recréer cette réalité qui était présente quelques  années avant, pour illustrer leur histoire et nous aider à la comprendre mais en indiquant clairement que ce n’est plus leur vie de tous les jours, sans essayer d’ignorer qu’inévitablement ils adoptent de plus en plus la vie occidentale. En tout cas, c’est un phénomène qu’on ne doit pas cacher, on doit accepter cette réalité et être conscient qu’aujourd’hui, l’acculturation de la plupart des peuples est un phénomène inévitable et qui est présent dans le monde entier.

La cultura es el conjunto de los rasgos espirituales, materiales, intelectuales y afectivos, que caracterizan una sociedad o un grupo social y pues lo que los diferencia de todos los demás. En cambio el mundo está en evolución permanente y las culturas también. Cada día las comunicaciones son más accesibles: el acceso a la información es menos exclusivo, el transporte entre las ciudades, los países y hasta los continentes es cada vez más fácil. Espera esto que el aculturación (definida por un proceso cultural de modificación, por el cual un grupo o un individué asimila una diferente cultura, que es extranjera para él. ) de pueblos es un fenómeno inevitable. La evolución del mundo se acompaña por la evolución delas tradiciones, por los cambios de los modos de vida, por las costumbres

Las diferencias entre las culturas son a menudo un tema de interés la mayoría de la gente. Las personas viajan para impregnarse de diferentes culturas, el ampliar sus conocimientos, abrir su espíritu en diferentes mondes y esto es pues una atractiva fuerte turística.

La región de Amazonia, es una región que es fuertemente atractiva a causa de su localización geográfica: su clima, su riqueza en fauna y flora, los paisajes pero también el sonido atractivo recae sobre la existencia de las comunidades indígenas, y evidentemente su cultura y tradiciones. Gracias al viaje hecho hace unas semanas, me di cuenta que el aculturación de estos pueblos era evidente, pero ella continúa siendo una atractiva turística.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s